Alfcat

Membres
  • Compteur de contenus

    1 494
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Alfcat

Profile Information

  • Club
    Toulouse
  • Genre
    Homme
  • Adresse

Visiteurs récents du profil

4 544 visualisations du profil
  1. et leur apprendre à se prendre un rouge plus rapidement. Recrutement "surprenant" pour rester (très) modéré, même si j'espère me tromper complètement.
  2. Le Téf a déjà eu sa dose d'espoirs finalement décevants. Stop. Ou comme remplaçant, mais ce n'est pas ce qu'il doit rechercher.
  3. Joueur

    -100. Ce n'est pas que ça. S'il a une grosse place dans l'affectif, c'est parce qu'il a tout fait pour la gagner sur la pelouse. Qu'il n'ait pas le niveau pour jouer au Bayern ou à la Juve, d'accord. Mais pour un club comme Toulouse ou beaucoup d'autres de L1, ses touches, sa détermination et son envie de jouer non feintes l'ont rendu important pour l'effectif. Merci Pavle, et bonne chance pour la suite !
  4. Joueur

    ça peut aider pour jouer les premiers rôles en Tax Haven Cup. Faut juste la créer officiellement. On peut demander des tuyaux au père de Messi.
  5. Championnat

    Je suis globalement d'accord avec ces 2 points et donc inquiet car je ne vois pas, au sein des restants, de vrai leader "en devenir" en milieu de terrain. Reste donc à faire confiance au carnet d'adresse de Dupraz qui semble bien avoir été LE joueur du début de saison tant il semblait qu'il avait réussi à greffer un peu de son tempérament sur presque tous les joueurs ... et puis tous ces greffons ont dépéris quasiment d'un coup et Dupraz est redevenu un coach, qui fait ce qu'il peut sur le bord du terrain avec des joueurs semblant avoir oublié leurs propres qualités. Ses qualités de meneur d'homme ont sauvé la saison grâce à ce début en trombe mais on voit bien que ça ne suffit pas. Bon courage aux recruteurs !
  6. Joueur

    d'où vient cette rumeur ? Pour le temps de jeu, il a été très clairement barré par MartinB. La saison prochaine sera pour lui.
  7. 1- les plus grands médias ont en leur sein une société des journalistes qui est supposée garantir l'indépendance des journalistes (je dis bien journalistes et pas pigistes!) Pour conserver les "signatures" les plus prestigieuses, même les "grands patrons" sont bien obligés de laisser faire sous peine de perdre du lectorat, donc du chiffre d'affaires. Après, bien entendu, certaines "signatures" sont elles mêmes très orientées. Dans des médias de haute tenue, la société des journalistes peut vraiment faire virer le rédacteur en chef. Tout est une question d'équilibre, mais il est vrai que cet équilibre réel est limité à quelques journaux dont l'image de marque est l'analyse réputée impartiale. Dans certains journaux, on sait bien que cette société des journalistes est réduite à sa plus simple expression (exemple avec la Dêche lors de la sortie du livre de la femme de D. Baudis sur la famille "B" ou plus tard, lors de l'absence totale de traitement de l'information lorsque "la famille B" a été condamnée en justice pour abus de bien sociaux il y a quelques années). 2- le Canard et Médiapart sont financés uniquement par leur ventes, papier pour l'un, accès internet pour l'autre mais avec un point commun: o publicité !
  8. il y a une presse indépendante (le Canard, Médiapart ) et une qui tente de préserver (car c'est son fonds de commerce et la volonté de la société des journalistes qui pilote la ligne éditoriale) une forme d'impartialité ( le Monde, Courrier international) ou même à la TV avec des émissions comme "28 minutes" sur Arte avec des débats systématiquement à 3 intervenants. Après c'est évident que que la rubrique politique ou éco de l'Huma, Figaro ou même la Dêche, ça laisse songeur ... par contre, c'est très pratique pour les petits travaux de peinture. Ce qui est la cata, c'est de voir à quel point, ces dernières années, la TV publique s'est "TF1isée " en ne cherchant plus que les sujets du moments, et donc ça tourne en rond autour de 3 ou 4 news, souvent sans intérêt. C'est aussi l'effet 'info immédiate" où l'analyse finit par ne plus avoir sa place. Sinon, je pense que tous les propriétaires de journaux ne se valent pas de même que le pouvoir laissé en interne à la société des journalistes diffère (là où ça existe) énormément d'un journal à l'autre. Le veau sous la mère en a fait son outil personnel pour continuer à exister politiquement, de même Dassault avec le FIg (le regard a posteriori de D'ormesson est même à se tordre de rire). Pour autant, l'impartialité totale n'existera jamais, ne serait-ce parce que le lecteur veut aussi "s'y retrouver". Malgré cela, la manière de présenter les diverses facettes d'un problème reste le coeur du problème et là, tous ne se valent pas. En fait, le problème est avant tout que de plus en plus de gens veulent de l'info sans nuances à consommer sur place et de suite, sans besoin d'analyse et sans avoir besoin d'analyse personnelle et qu'il est de de plus en plus "de bon ton" de dire "tous pourris" "que des menteurs" pour s'exonérer de réfléchir et de comparer. avec un peu de discernement. Et comme ça marche et que le client est roi, on nous propose de plus en plus de la MacDo news. la Tribune de Genève annonce Macron à 63%. Ce qui n'est pas brillant quand on repense à 2002. De toute façon, il faut voter. "La Démocratie est la seule chose qui s'use quand on ne s'en sert pas" (je ne sais plus de qui est cette pensée)
  9. non plus, mais quand on se définit comme les héritiers du siècle des lumières, on doit commencer à balayer devant sa porte et montrer l'exemple. Le temps où tout le monde s'offusquait de la déclaration d'un dirigeant de TF1 sur "le temps de cerveau disponible vendu aux annonceurs" semble désormais presque appartenir à une sorte de mythe de l'âge d'or.
  10. cette crainte de "la courante" chez des aviateurs ... du surréalisme façon Charlebois dans sa chanson "Lindbergh"
  11. bien sûr que non, tu as entièrement raison. Mais j'hésite à ressortir les poncifs du genre "les français sont des veaux" (De Gaulle) ou la blague belge sur la meilleure manière de tuer un français: prendre un fusil et tirer au moins 20 cm au dessus de sa tête, en plein milieu de son complexe de supériorité.
  12. ouais, les notices de tous les prochains jeux vidéos seront désormais uniquement rédigées en russe, idem pour les dialogues d'une des séries phares de HBO: дом из карт Ce qui est fabuleux c'est de voir à quel point Internet, outil permettant de lutter contre la doxa et la pouêt* dictatoriale, est totalement récupéré par les dictateurs installés ou en passe de le devenir. Au contraire, la presse est ringardisée alors même qu'en cas de procès, tout journal doit apporter des preuves pour échapper à une condamnation pour diffamation et aucun journal n'a les moyens de payer de telles condamnations. C'est désormais le règne des fake news, ou plutôt fuck news vu la façon dont les fachos de tout bord cherchent à nous enfiler. Du moment que c'est sur le Net, c'est forcément vrai . On pourrait écrire des trucs du style : <<il semble avoir surpris dans le métro, alors que je dormais profondément, une conversation entre un russe boudhiste et un péruvien maoïste qui affirmaient détenir l'adresse de la cousine de la concierge de "quelqu'un d'important" qui "aurait dit détenir" des documents sur une sex-tape entre Marine et un réfugié syrien et qu'ils auraient ensuite mangé des enfants blonds achetés avec des roubles fournies par Poutine sur un compte au Pas de la Case tenu dans une banque occulte abritée dans les locaux d'un vendeur de pastis. Mais tout cela n'est que du conditionnel, bien entendu, d'autant qu'ils parlaient entre eux en mandarin, langue que je ne pratique absolument pas>> ... et diffusé sur le "bon" site ça ferait le buzz pendant 1 heure. Ca donne presque envie d'essayer. Mais au fait, si le premier problème, c'était juste le lecteur ?
  13. Championnat

    "Qui début Mai vendange, est privé de tout chalenge" . Fin de saison avant l'heure et qu'il est donc dommage de continuer à perpétuer cette tradition très toulousaine. Lafont a été le meilleur toulousain, la plupart des autres ayant manifestement oublié les consignes (voire leur cerveau) au vestiaire.
  14. Joueur

    On en attend des faits établis, quels qu'ils soient, mais établis. Dans un état de droit, aussi bien le prévenu que le tribunal doit savoir ce que l'on juge vraiment et sur quelle base. Ca fait partie du droit à un procès équitable, et cela vaut aussi dans les cas où les faits sont (ou paraissent ?) tellement bien établis que le principe même d'une condamnation, quelle qu'en soit la lourdeur, semble inéluctable. Mais l'audience pénale peut encore permettre la révélation de faits ou d'intentions encore non révélés. En clair, c'est le contraire de la justice "expéditive" des temps troublés ou des états de non-droit. Vu les divers revirements, l'enquête doit apporter aux magistrats des précisions sur les points suivants : 1- qui était vraiment à bord du véhicule ? 2- qui a tiré ? 3- avec quelle motivation et avec quel degré de préméditation ? 4- quel a été le rôle du ou des autre(s) ? Alors, oui, sur le début de ta 2ème partie, tu as bien raison, mais cela n'enlève en rien la nécessité de ne pas griller les étapes, d'autant plus que la victime aussi a besoin de comprendre tout ce qui s'est réellement passé et pourquoi, pour des raisons psychologiques évidentes. Tout cela permettra d'appliquer une peine dont, comme tu le fais parfaitement remarquer, l'importance risque d'être tout sauf anecdotique.
  15. pas ariegeois non plus. Je vois que toi tu ne donnes de crédit qu'aux pages psychologie de Gala et Voici ou sans doute aux vrais informés qui saturent le Web. Je te laisse à ton autosatisfaction de coupeur de cheveux en 4 .