Jump to content

4 articles sur le TFC


yannlib

Recommended Posts

LIGUE 1 (6e journée) – MARSEILLE - TOULOUSE

MARSEILLE - TOULOUSE

Toute ambition dehor s

Toulouse, leader surprise, se déplace au Vélodrome avec l’intention de faire honneur à son rang.

IL AVAIT LANCÉ ça comme une boutade, Dominique Arribagé, le défenseur revenu au club à l’intersaison. « Leader, ça ne m’est jamais arrivé en douze ans de carrière. Ce classement, je vais le faire encadrer. » Il n’en a pas eu besoin. Jeudi dernier, jour de la photo officielle de l’équipe, un supporter en avait tiré un agrandissement et le lui a offert.

Depuis sa première remontée dans l’élite, en 1982, Toulouse n’avait jamais été leader au terme de cinq journées. Il étrenne ce soir ses galons au Vélodrome. La coïncidence est heureuse. L’année dernière, quand il s’était déplacé à Marseille (0-1), un peu plus tard dans la saison, il était lanterne rouge. Dernier ou premier, les mentalités sont restées les mêmes. Erick Mombaerts, l’entraîneur de ce groupe, continue de défendre les mêmes valeurs, celles qui sont affichées sur le mur du vestiaire : le jeu, la création, le plaisir.

« Au lendemain d’Ajaccio (3-1, il y a une semaine), où nous avons eu beaucoup de déchet, j’en ai remis quelques-unes au goût du jour, explique le coach. Notre jeu sans ballon implique beaucoup de disponibilité, beaucoup d’efforts et de don de soi. Ce soir-là, nous n’avons pas offert un soutien correct au porteur du ballon. Or, nous, pour être à la hauteur, nous avons besoin d’un collectif bien huilé parce que chez nous, il n’y a pas de Zidane pour régler les problèmes. Le collectif, c’est notre fil rouge. Contre Ajaccio, on a eu du déchet, mais on a cherché à produire du jeu jusqu’au bout et je préfère qu’on échoue à créer mais qu’on ne se renie pas. » Cette semaine, l’entraîneur toulousain a donc tenu à « solder le match de samedi dernier », qui s’annonçait en apparence plus facile que celui de tout à l’heure à Marseille.

Mombaerts : « Faites

vous plaisir »

Un déplacement que son groupe aborde « gonflé à bloc, dixit Revault, le capitaine. L’année dernière, certains d’entre nous découvraient le Vélodrome. Ils ont vu que c’était spécial, mais qu’il n’y avait pas de quoi trembler. On avait tenu à dix pendant plus d’une heure, après l’expulsion de N’Doye. On fait ce métier pour vivre des moments comme ça. On ne va pas se mettre la peur dans la tête parce que c’est le Vélodrome. » Toulouse s’attend toutefois à ce que ses valeurs soient mises à rude épreuve. « À domicile, l’OM est une équipe conquérante, souligne Mombaerts. Qu’elle ait gagné ou perdu à Sochaux, le problème aurait été le même. » Avec sa jeunesse galopante, le Téfécé est-il suffisamment « équipé » pour passer l’obstacle à l’extérieur ? Cette saison, loin de ses bases, il y est parvenu deux fois. Superbement à Strasbourg (4-1), avec sang-froid à Nantes (2-2). Et qu’importe à Mombaerts si son onze titulaire, ce soir, aura tout juste vingt-quatre ans de moyenne d’âge : « Si j’ai choisi de former des jeunes, c’est pour leur faire confiance. Même si parfois, on a des trous d’air, on ne va pas renier notre jeu en mouvement, notre culture de base. À Marseille, nous irons au bout de nos valeurs. »

Aller vers les sommets de la Ligue 1, que Toulouse côtoie aujourd’hui – fût-ce momentanément – s’annonce comme un long apprentissage. Il n’y a pas si longtemps, le Téfécé luttait encore pour sa survie. La saison dernière, Revault et ses copains se sont accrochés pour ne pas replonger en Ligue 2. Commentaire de Mombaerts : « Quand on voit le jeu que produit Lyon, notre prochain adversaire après Marseille, il nous reste beaucoup de chemin à faire. »

D’autant qu’après Marseille et Lyon, Toulouse a rendez-vous à Bordeaux avant de recevoir Auxerre : « De la vraie montagne, tranche Mombaerts, des cols hors catégorie. On va bien voir si on est dignes du maillot Jaune qu’on a pris. Mais quel que soit l’adversaire, je sens chez les gars beaucoup de plaisir. Ça aussi, nous l’entretenons à l’entraînement ou en match. Faites-vous plaisir. Ne sortez jamais avec des regrets. Je le leur répète souvent. »

L’avertissement gratuit infligé par Ajaccio sera-t-il retenu ce soir ? « Ce qui m’importe avant tout, conclut le coach, c’est que l’on soit représentatifs de notre jeu. On continuera à se tromper parfois ou à faire de mauvais choix, mais ce qui me gênerait vraiment, c’est de ne pas être à la hauteur au Vélodrome. On ne va pas se prendre pour ce qu’on n’est pas. Je veux juste prouver que nos progrès ne sont pas usurpés. »

GUY ROGER

L'EQUIPE

Link to comment

Dalmat : « Un test »

STÉPHANE DALMAT RENCONTRE CE SOIR, après Lens (0-0) et le PSG (2-1), Marseille, le troisième des quatre clubs dont il a porté les couleurs en Ligue 1 (Châteauroux, alors parmi l’élite, est le dernier des quatre). « La première chose que j’ai regardée quand j’ai signé à Toulouse, c’est la date du match au Vélodrome. Pour moi, c’est un rendez-vous important. » Après de bons débuts sous le maillot de l’OM, le Tourangeau s’était éteint en cours de saison : « Honnêtement, je n’avais pas fait ce qu’il fallait pour réussir. À Paris comme à Marseille, j’avais trop de liberté et ma discipline de vie n’était pas irréprochable. »

Selon lui, le vrai déclic s’est produit lors de son transfert à l’Inter : « En Italie, j’ai appris à me battre. J’ai côtoyé Ronaldo, Vieri, et à leur contact j’ai mûri, je suis devenu plus pro. » En début de saison, il s’est fondu immédiatement dans les schémas tactiques de Mombaerts : « Il y a moyen de faire un beau Championnat, assure-t-il. Pour Marseille, j’ai prévenu tout le monde, ce sera un test. On vient pour jouer, pas pour reculer. À chaque match, on s’est créé des occasions, j’espère que ce sera pareil au Vélodrome. Si je devais résumer Toulouse en quelques mots, je dirais : ça joue, ça ne calcule pas et on lâche tout. » – G. R.

L'EQUIPE

Link to comment

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...