Jump to content

Toulouse A mi Saison (Maxifoot.fr)


neo1x

Recommended Posts

Bilan mi-saison : Toulouse

13 janv. 2005 - Par Julien Demets

Habitué depuis plusieurs saisons à faire l'ascenseur, le Téfécé semble parvenu cette année à se stabiliser en Ligue 1. Mieux, Toulouse n'est plus qu'à quelques longueurs des places européennes. Une réussite qui récompense la politique ambitieuse des dirigeants toulousains.

Un effectif de qualité

La saison dernière, les hommes d'Erick Mombaerts avaient décroché le maintien lors de la dernière journée du championnat. Une consécration presque inattendue pour un club qui, deux ans auparavant, évoluait en National. Soucieux d'éviter les habituelles angoisses de fin de saison, le président du TFC Oliver Sadran ne va pas hésiter à afficher ses ambitions à l'aube de l'exercice 2004-2005 : assurer le maintien plus tôt et faire de Toulouse, sur le plus long terme, une équipe de haut de tableau. Pour cela, l'entraîneur Erick Mombaerts dispose d'un effectif très équilibré. Cet été pourtant, plusieurs départs importants étaient à déplorer : le milieu de terrain Florent Balmont, poumon de l'équipe l'an dernier, évolue aujourd'hui sous le maillot niçois après un bref passage à Lyon. Cédric Fauré, meilleur buteur de Ligue 2 en 2002-2003, rejoint quant à lui Guingamp. Christophe Avezac est transféré à Metz, Sylvain Didot à Reims, en L2. Quant au Brésilien Fernandao, arrivé au mercato de la saison dernière, il porte désormais le maillot de Porto Alegre, dans son pays natal.

Le recrutement toulousain va beaucoup faire parler de lui durant l'intersaison : dès le mois de juin, Olivier Sadran convainc l'international lensois Daniel Moreira de revêtir la tunique violette. Un transfert conclu au nez et à la barbe de Marseille et Monaco, également intéressés par le joueur ! Autre arrivée retentissante, celle de Stéphane Dalmat, par ailleurs très proche de Moreira. Passé par le PSG, l'Inter et Tottenham, le milieu de terrain de 25 ans accepte de relever le défi toulousain, le seul à même de pouvoir relancer sa carrière. L'Inter, auquel il appartient encore, le prête pour un an. Pour parfaire un secteur offensif déficient, l'attaque toulousaine ayant été la moins prolifique de Ligue 1 en 2003-2004 avec 31 buts inscrits, l'effectif de Mombaerts enregistre également la venue de David Suarez, meilleur buteur de L2 avec Amiens. La défense gagne en expérience avec le retour de Dominique Arribagé, 33 ans, qui vient de passer six ans du côté de Rennes. François Sirieix, venu d'Auxerre, complète le marché estival du Téfécé. Au final, l'effectif constitué par Erick Mombaerts et ses dirigeants a fière allure : on y trouve des joueurs prometteurs tels que Lucien Aubey et Albin Ebondo, deux défenseurs de 20 ans, Nabil Taider, 23 ans, ou Achille Emana, que les dirigeants du Téfécé ont réussi à conserver malgré l'intérêt du PSG notamment. Ces jeunes sont encadrés par Dominique Arribagé, Stéphane Lièvre, Daniel Moreira ou le gardien et capitaine Christophe Revault, tous rompus aux joutes de Ligue 1. Le TFC version 2004-2005 reflète «le dynamisme de son centre de formation, renforcé par quelques éléments de valeur» , selon son président.

Des résultats et du beau jeu

Après 20 journées de championnat, les coéquipiers de Daniel Moreira sont sixièmes avec 31 points. Ils comptent 8 victoires pour 7 matches nuls et 5 défaites. Un parcours très honorable donc, que l'on peut diviser en trois phases : entre la première et la 5ème journée, le Téfécé va réaliser un excellent début de saison. Fort de trois victoires et de deux matches nuls, les hommes de Mombaerts vont même occuper la tête du classement de Ligue 1 au soir de la 5ème journée, après une nette victoire 3-1 face à Ajaccio. Toulouse leader du championnat, voilà une performance de choix pour une équipe censée jouer le maintien ! Mieux, le jeu déployé par l'équipe de Toulouse est l'un des plus spectaculaires de Ligue 1 : les succès obtenus face à Strasbourg (4-1 à La Meinau) ou Ajaccio (3-1) en sont la démonstration. Pourtant, dès la 6ème journée et jusqu'à la 12ème, la machine toulousaine va s'enrhumer : incapables de remporter un seul de leurs six matches suivants, avant un sursaut face à Lille (2-0), Revault et les siens vont perdre dix places au classement, se retrouvant 11èmes début novembre. Durant ces sept rencontres, le TFC ne va marquer que trois buts, un bilan qui contraste avec celui du début de saison. Mais cette mauvaise passe ne va pas durer. Depuis la 13ème journée, le Téfécé a d'abord stoppé l'hémorragie grâce à deux matches nuls face à Metz et à Rennes (1-1 à chaque fois), avant de retrouver le goût du succès face à Bastia (1-0). Les hommes de Mombaerts en sont aujourd'hui à 8 matches d'invincibilité, dont quatre victoires. Ils viennent même de remporter face à Strasbourg (2-0) leur troisième succès consécutif, leur meilleure série de la saison.

L'entraîneur du Téfécé Erick Mombaerts n'a jamais caché son ambition ravir le public du Stadium. L'arrivée d'un créateur tel que Dalmat devait permettre au club de la Ville Rose de pallier les carences offensives criantes de l'an dernier. Avec 23 buts inscrit, l'attaque toulousaine est la 10ème de Ligue 1. Un résultat a priori moyen, mais qui doit être relativisé : le bilan offensif des équipes de Ligue 1 est en effet si homogène que Toulouse n'a finalement inscrit que 4 buts de moins que Nice, meilleure attaque du championnat avec 27 réalisations. Lyon, par exemple, n'en compte que 25. Le meilleurs buteur toulousain se nomme Daniel Moreira, 6 fois décisif. Son jeu de tête et sa technique justifient pleinement son acquisition lors de l'intersaison. Derrière lui, le Brésilien Eduardo, même s'il n'est pas toujours titulaire, compte 4 réalisations. Psaume, Giresse et Suarez ont marqué chacun deux fois, contre une seule pour Emana, Taider, Arribagé, Dalmat, Sirieix et Dieuze. En un mot, le danger vient de partout. Il n'y a pas un seul buteur au Téfécé mais bien 10 joueurs capables de faire la différence, que ce soit Arribagé avec son jeu de tête ou Eduardo avec sa technique. Une preuve supplémentaire de l'équilibre de l'effectif d'Erick Mombaerts. La défense est quant à elle d'une efficacité redoutable : avec 17 buts encaissés, elle est la 4ème plus efficace du championnat. Le portier toulousain Christophe Revault n'a jamais encaissé plus de deux buts par match. Et lors des six dernières rencontres, les coéquipiers de Dominique Arribagé n'ont encaissé qu'un seul but, signé Courtois face à Istres (2-1) à l'occasion de la 18ème journée de Ligue 1. Une défense solide, une attaque productive, Toulouse a trouvé la bonne recette !

Des ambitions revues à la hausse ?

A mi-championnat, le Téfécé se retrouve donc dans le premier tiers du classement, à quelques longueurs seulement de cadors tels que Monaco ou Marseille, devant Bordeaux ou le PSG. De quoi nourrir des ambitions plus grandes que le simple maintien, d'autant que l'équipe de Mombaerts enregistrera bientôt le retour de son créateur Stéphane Dalmat. Blessé depuis le 9ème journée et une défaite à Auxerre (2-1), l'ancien intériste a réintégré l'effectif toulousain le 30 décembre dernier. La qualité de ses passes était pour beaucoup dans le très bon début de saison du TFC. Concernant les transferts, si les noms du Monégasque Emmanuel Adebayor ou du Marseillais Laurent Batlles ont circulé avec insistance du côté de la Ville Rose, Erick Mombaerts peut surtout se satisfaire d'avoir conservé les meilleurs éléments de son effectif. Achille Emana, 22 ans, vient ainsi de resigner avec le TFC. Cet été déjà, les avances du PSG n'avaient pas reçu d'écho favorable du président Sadran. L'inflexibilité de celui-ci a abouti à la signature d'une prolongation de contrat pour le milieu camerounais, désormais lié à son club jusqu'en 2008. Une arme supplémentaire pour atteindre les objectifs inespérés. Sadran en convient, «si nous sommes européens, ce serait extraordinaire» . Sans aller jusque-là, une chose est presque sûre : le Téfécé devrait, cette saison, éviter les frayeurs de fin de championnat.

Pourtant, le président du club toulousain ne s'emballe pas. Seule compte pour lui la réussite sur le long terme : «Nous devons franchir les paliers progressivement. Il faut consolider, structurer» , ne cesse-t-il de clamer. Qui va lentement va sûrement, a-t-on envie d'ajouter. Et sur le long terme, le Téfécé a de bons arguments : la génération des Emana, Taïder et autres Aubey ou Cardy, tous âgés d'à peine 20 ans, aura atteint sa maturité dans un an ou deux. A moins qu'il ne soit pillé d'ici-là, l'effectif toulousain sera alors l'un des plus compétitif de France. De quoi faire rêver les supporters. Les ambitions du TFC concernent également le domaine extra-sportif. Lassé, sans doute, que la Ville Rose soit sans cesse associée au rugby et au Stade Toulousain, Olivier Sadran rêve que le TFC devienne lui aussi un nom connu. Il envisage même de décliner la marque Téfécé, à l'instar d'un Jean-Michel Aulas à Lyon, «pour augmenter les recettes» . Toulouse a décidément tout d'un futur grand.

Le recrutement ambitieux de l'été dernier a porté ses fruits : Toulouse obtient depuis le début de la saison des résultats probants et affiche une qualité de jeu devenue rare dans notre championnat. De quoi envisager des lendemains qui chantent...

PS : Avis aux modo je savais pas ou le mettre donc si vous jugez bon de le deplacer n'hesitez pas

Link to comment
+1 :diable:

L'article est bien ecrit, maintenant faut pas non plus trop s'enflammer

<{POST_SNAPBACK}>

Je suis d'accord faut pas s'enflammer... un des meilleur jeu de la L1 :diable:

Les match à domicile contre Strasbourg, Bastia, Metz, Ajaccio notamment ne vont pas dans ce sens.

Mais il est clair qu'en etant 6eme dans le "groupe de tête", on peut réver à une qualification européenne!

En tout cas, ca promet de belles soirées au stadium pour la 2eme partie du championnat!

Vivement Nantes et l'OM... :diable:

Link to comment
Je suis d'accord faut pas s'enflammer... un des meilleur jeu de la L1  :diable:

Les match à domicile contre Strasbourg, Bastia, Metz, Ajaccio notamment ne vont pas dans ce sens.

Mais il est clair qu'en etant 6eme dans le "groupe de tête", on peut réver à une qualification européenne!

En tout cas, ca promet de belles soirées au stadium pour la 2eme partie du championnat!

Vivement Nantes et l'OM...  :diable:

<{POST_SNAPBACK}>

Non c'est vrai on avait un jeu de niveau Ligue 2, c'est bien connu les grandes équipes développent un jeu extraordinaire à chaque match... :diable:

Sinon très bon article si l'on prend du recul en le lisant mais ça donne des frissons quand mème...

Dommage qu'il n'ait pas plus parlé de l'émergence de cet attaquant de génie qui est Psaume...

Link to comment

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...