Jump to content

Presse 2020/2021


Recommended Posts

https://www.ladepeche.fr/2020/11/02/ligue-2-le-tfc-enchaine-en-simposant-1-0-sur-la-pelouse-damiens-9178623.php

Ligue 2 : le TFC enchaîne en s'imposant 1-0 sur la pelouse d'Amiens

Publié le 02/11/2020 à 22:36 , mis à jour à 23:49

 

Le TFC a engrangé un troisième succès consécutif en Ligue 2 en s'imposant 1-0 sur la pelouse d'Amiens ce lundi soir. Les Toulousains sont désormais au pied du podium.

Les semaines se suivent et commencent à joliment se ressembler pour le TFC. Lors du dernier match de cette 9e journée de Ligue 2 ce lundi soir, les joueurs de Patrice Garande sont allés décrocher la victoire 1-0 sur la pelouse d'Amiens dans un duel entre relégués.

 

Les Toulousains n'ont pas volé leur succès et ont su profiter de l'exclusion au tout début de la seconde période d'un ancien "violet", Alexis Blin, coupable d'un tacle par-derrière jugé trop dangereux par l'arbitre sur Manu Koné.

Quelques minutes plus tard, sur un corner joué en deux temps, le centre-tir de Stijn Spierings finissait au fond des filets pour donner un avantage décisif aux Toulousains (55e). C'est le troisième but consécutif pour le milieu de terrain hollandais arrivé dans les toutes dernières heures du mercato début octobre.

 

Les résultats et le classement de Ligue 2

Grâce à ce succès très précieux, le TFC engrange une troisième victoire consécutive en championnat, et une septième rencontre sans défaite. De quoi leur permettre de pointer à une très belle 5e place (15 points), à 1 point du podium et seulement 2 unités de la deuxième place.

https://www.ladepeche.fr/2020/11/03/dupe-la-securite-spierings-le-triple-9179294.php

Toulouse. Dupé la sécurité, Spierings le "triplé"

Publié le 03/11/2020 à 05:14 , mis à jour à 05:21

dupé (7/10).- Le patron. Deux arrêts à faire, une main ferme (23) et une horizontale (49) pour sauver la patrie alors que le score est vierge. Autorité et sérénité à revendre.

 

amian (5).- Il a retenté sa chance sur coup franc en début de partie (2), ça ne peut pas marcher à chaque fois. Sinon, copie neutre pour le doyen du Tef.

gabrielsen (6).- Le roc est en train de redevenir solide. Pas de fausse note, hier ; pas de prises de risques, non plus, il est vrai.

rouault (6).- Troisième titularisation consécutive pour le petit-dernier. Concentré, appliqué, propret : ce qu’on demande à un central, quoi.

spierings (6,5).- En marquant pour la troisième fois en trois matchs (0-1, 56e), le Néerlandais égale un certain Andy Delort. C’est dire. Ses orientations de jeu sont souvent judicieuses. Petit bémol : on l’a moins vu après le repos.

 

moreira (5,5).- Il aurait pu ouvrir la marque d’une frappe sèche, bien mis sur orbite par Amian, mais Gurtner était à la parade (8). Match énergique.

dejaegere (6).- Sa malice est utile, c’est clair. Deux actions "notables" : un super-centre en retrait pour Koné qui ne cadre pas (35), un jaune orangé sur Otero (60). Remplacé par SANNA, pour casser le rythme.

koné (6).- Avec un poil plus d’adresse (reprise au ras, 35) et de réussite (parade de hand signée Gurtner, 50), le N°8 toulousain aurait mis un doublé. Son abattage continue de nous impressionner. Remplacé par van den Boomen, qui a apporté sa pierre à l’édifice.

Machado (6,5).- Toujours aussi tranchant, le Colombien. Et déterminant dans ses retours (21, 86).

adli (6).- C’est un virtuose, sa gestuelle est un régal, sa disponibilité de tous les instants. Remplacé par HEALEY.

koulouris (5).- La stat est cruelle : le Grec n’a plus marqué depuis 13 mois maintenant : c’était le 5 octobre 2019 face à Bordeaux. Mais est-il servi, aussi ?…

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post

https://www.ladepeche.fr/2020/11/09/attention-encore-fragile-9190178.php

 

Pendant quelques minutes samedi, on a vraiment cru que Maxime Dupé serait l’homme de la soirée. Ce n’est pas tous les jours que l’on voit un gardien de but délivrer une passe décisive (en L2 ce n’était plus arrivé depuis octobre 2018 et une offrande du portier d’Orléans Gauthier Gallon), encore moins de la main. Mais ça, c’était évidemment avant que le match bascule dans l’irrationnel. Le goal toulousain, lui, se serait sans doute bien passé de son geste génial s’il avait pu l’échanger contre quelques allers-retours en moins au fond de sa cage. Après quatre journées consécutives sans encaisser de but, la chute est violente. Elle ne l’est pas uniquement pour Dupé, qui ne peut pas faire de miracles à chaque rencontre, mais pour l’ensemble de l’équipe, notamment sur l’aspect défensif.

Un accident de parcours ?

Absents des débats dans les duels, trop rarement dans l’avancée, les Violets nous ont ramenés quelques mois en arrière, vers un début de saison pas franchement enthousiasmant. à Grenoble (J2), le TFC avait déjà subi une manita douloureuse (3-5), et le travail accompli depuis avait regonflé tout le monde d’un espoir légitime. Victoire après victoire, Patrice Garande s’acharnait pourtant à rappeler que l’équilibre demeurait fragile : la copie face à Valenciennes a révélé à quel point il avait raison. "Tous les joueurs ont été en dessous de leur niveau" a lâché le coach, amer, après le match. Il n’est évidemment pas question de jeter tout ce qui avait été fait à la poubelle, mais l’ampleur de la défaite des Toulousains, trop laxistes derrière pour espérer une autre issue, incite à remettre certaines certitudes en question.

"C’est un accident de parcours" a voulu croire Brecht Dejaegere. Espérons que lui aussi ait raison.

https://www.ladepeche.fr/2020/11/09/une-sortie-de-route-tactique-9190174.php

 

À quoi a-t-on réellement assisté samedi soir au Stadium de Toulouse ? À un match fou, irrationnel, le genre dont on se souviendra dans dix ans, où l’on a vu neuf buts marqués, un défenseur inscrire un quadruplé et un gardien offrir une passe décisive de la main. On a bien sûr assisté à l’effondrement sur 90 minutes d’une équipe qui restait sur une série de sept matchs sans défaite, et à propos de laquelle on a pris conscience que l’équilibre psychologique restait fragile. Mais on est aussi en droit de se demander si l’on a assisté à la déroute tactique d’une équipe violette à la dérive.

Garande : "Ce n’est pas sur le plan tactique que l’on a perdu le match"

À la sortie du match, Patrice Garande avait son avis sur la question : "Avant toute considération technique ou tactique, il y a d’abord un investissement à avoir pour gagner les matchs, et on ne l’a pas eu, contrairement à eux. Personne ne me fera croire que c’est sur le plan tactique que l’on a perdu le match aujourd’hui."

De l’extérieur, on pourrait pourtant croire que les systèmes utilisés et leurs animations ont eu leur importance. Valenciennes a débarqué sur l’île du Ramier en troquant son 3-5-2 habituel contre un 4-4-2 ; pas une surprise pour le staff toulousain : "Normalement, Valenciennes joue comme nous. Mais il y a des entraîneurs qui réfléchissent, et Olivier Guégan avait décidé de changer de système. C’est une possibilité qu’on avait évoquée avec les joueurs. Ils ont déjà joué à quatre défenseurs, on savait qu’ils pouvaient utiliser cette option. Mais ce n’est pas ça qui nous a posé des problèmes" analyse le technicien toulousain, qui a également reconnu que le numéro 10 nordiste avait largement gêné Stijn Spierings, totalement passé au travers samedi, notamment en première période.

Guégan : "Ce 4-4-2 losange a bien fonctionné"

Côté vainqueur, il faut croire que la mise en place tactique a bien eu une incidence sur l’issue de la rencontre : "On a bien préparé la partie en changeant de système, pour remettre de la qualité technique. Le plan de jeu était bien précis. Ce 4-4-2 losange a bien fonctionné. En sentinelle, Diliberto était dans une zone où il prenait peu de pression, il nous a permis de nous mettre dans le sens de la marche."

Après une première mi-temps passée à se faire piétiner au milieu de terrain et sauvé par un Amine Adli hyper efficace (à la pau-se, Toulouse avait tiré deux fois et marqué deux buts), le TFC a décidé de changer de système, en repassant à quatre défenseurs, avec les sorties de Moreira et Koulouris et les entrées d’Healey et Antiste (à la 55e minute). En seconde période, les Violets ont semblé moins subir la loi valenciennoise, ont inscrit deux buts, et n’en ont plus encaissé dans le jeu, voyant leur défaite arriver par trois coups francs. Seulement une histoire d’état d’esprit ?

https://www.ladepeche.fr/2020/11/09/le-tfc-attendu-au-tournant-9190170.php

 

Arrêté sur coups de pied. En ajoutant les trois dernières réalisations de Cuffaut avant-hier soir, le Tef a déjà encaissé 9 buts sur ou suite à des phases statiques – corner ou coup franc – depuis l’ouverture du bal, au Stadium, face à Dunkerque (0-1, J1 ; 22 août). Neuf sur un total de 13, faites les comptes vous-même : cela don-ne un ratio de 69% en dehors d’actions de jeu. Trop, beaucoup trop de l’avis de l’entraîneur Patrice Garande, "contrarié" – c’est un euphémisme – au coup de sifflet final.

"Je ne peux pas laisser passer ça"

"Il y a une colère que je contiens, dit-il, il ne faut pas qu’elle sorte sinon ça va me rendre malade." Un premier exutoire était prévu, hier matin, avec vidéo à l’appui : "Pas de montage, mais un revisionnage tous ensemble. Les images sont toujours parlantes… Il y a des choses qui peuvent sortir et d’autres pas, poursuit le coach. Or là, à l’intérieur du groupe, on ne peut pas laisser passer une prestation de cette trempe ; je vous le garantis. C’est indigne du TFC. Vis à vis des supporters, à qui on a donné beaucoup d’espoirs depuis quelque temps, on se doit même de s’excuser."

Et de donner une réponse chez la lanterne rouge Chambly à la reprise. "Trouver les remèdes pour présenter un autre visage à Beauvais."

Sachant que "PG" a déjà sa petite idée sur le sujet. "Notre série [7 matchs sans défaite, 4V et 3N] se basait sur l’investissement au sens général : enthousiasme, envie d’aller de l’avant, volonté de s’imposer et de ne pas prendre de but, etc. Alors que face à VA, ce fut tout le contraire. Il n’y a pas de secret ; l’attitude et le comportement, ça ne dépend pas du talent et des qualités qu’on a." Le coupable relâchement qui entraîne la suffisance fatale, on y est !

"On a un statut à assumer"

"Je nous pensais à l’abri, explicite Garande, hélas ce n’est pas le cas. Lorsque tu gagnes, l’entourage change, les médias parlent de vous ; il faut être capables de rester dans sa ligne de conduite, ne pas s’enflammer. Il y a un autre statut et on doit l’assumer. Nous n’y sommes pas parvenus."

Le coup d’arrêt est brutal, forcément ; mathématiquement également. Si le Téfécé avait remporté la mise ce week-end, il pointerait à l’aune de la coupure internationale en 3e position, à égalité avec Troyes (18pts). Dans un championnat serré comme un collet puisque le 5e (qualifié pour les play-offs) et le 15e ne sont séparés que par 5 unités (16 vs 11pts).

Mais le tacticien garonnais veut croire en la thèse de l’exception. N’empêche que la trêve ne le sera pas pour tout le monde. "En dehors de Koulouris qui part en sélection (Grèce), tient à préciser Patrice Garande, l’effectif au complet sera présent. ça laisse du temps pour s’entraîner…"

Spierings sera suspendu dans l’Oise

Moins en vue que lors de ses trois précédentes sorties (buteur à chaque match),le dernier renfort haut-garonnais a de surcroît écopé d’un avertissement.Il s’agit du 3epour Stijn Spierings, lequel sera donc rattrapé par la patrouille jeudi soir prochain (mercredi étant un jour férié) où la Commission de discipline de la Ligue lui officiera sa suspension automatique. Ainsi, le Néerlandais devra purger sa sanction lors de la 11ejournée, à Beauvais où évolue le FC Chambly de Bruno Luzi.Deux autres joueurs sont sous la menace(en cas de nouveau carton jaune):Amian, depuis ce week-end, et van den Boomen. Un Hollandais qui, sans tirer de plan sur la comète, pourrait justement bénéficier de l’indisponibilité de son compatriote pour retrouver au FCCune place de titulaire, qu’il a perdue depuis maintenant quatre rencontres.Dans le trio utilisé par Patrice Garande avec Manu Koné en base (sentinelle) et, un cran plus haut, les deux relayeurs Dejaegere et VDB. Organi-sation en vigueur contre Auxerre (J5, 3-1) et Troyes (J6, 0-0).Les quinze joursd’entraînement devraient nous éclairer.Pa. D.
  • Thanks 1
Link to post

https://www.ladepeche.fr/2020/11/22/tfc-le-nul-cest-un-moindre-mal-9214525.php

 

Cette fois, il n’y aura pas de verre à moitié plein cher à l’optimiste de nature Patrice Garande. Non, sa jeune troupe – qui, au vu du contenu livré hier en terre beauvaisienne, n’en a apparemment pas terminé avec l’apprentissage de la L2 – ne méritait pas plus. "Même si un point, pour reprendre la conclusion du coach normand, c’est toujours mieux que rien." L’entraîneur garonnais qui s’attendait à une réaction de ses joueurs par rapport à la défaite face à Valenciennes avant la trêve (4-5), en aura été quitte pour une bouillie de football. Si on continue dans le champ lexical, les Toulousains ont bien failli se noyer dans le verre, il aura fallu une envolée de grand talent signée super-Dupé, en fin de partie, pour éviter que le piètre résultat ne tourne carrément à la "cata". "On évite le pire, commentera particulièrement amer l’intéressé, on va dire ça…"

Piégés tactiquement

Le technicien d’en-face, Bruno Luzi, ira effectivement jusqu’à affirmer que "Chambly a gagné aux points. Avec mon staff, on a compté le nombre de vraies situations : 6 pour nous, seulement 3 pour Toulouse. On a d’abord bien défendu, en évoluant en 4-4-2 losange pour perturber le 3-5-2 de notre adversaire du jour."

Touché ! C’est déjà ce schéma qu’avait utilisé le VA de Guégan, avec l’issue qu’on connaît… Garande eut beau muer son dispositif habituel contre un 4-3-3 avec l’entrée d’Healey, positionné aiier gauche (Antiste à droite et Bayo en neuf), cela ne suffit pas à renverser le scénario et remporter la mise pendant le dernier quart d’heure restant à disputer sur le pré.

En dehors des considérations tactiques, le plus embêtant se trouve certainement dans l’engagement qu’ont mis dans la bataille, hier soir, les pousses violettes. On ne parle pas ici des intentions, mais de la réalisation en somme. "Pfff l’histoire de ce match… peste ’’PG’’. On savait ce qu’on allait nous imposer ici sans rabaisser la prestation de nos adversaires : beaucoup de duels, notamment aériens. Et on a été littéralement mangés ! Pourtant, lorsqu’on a des ambitions comme les nôtres, on se doit – en plus de proposer autre chose sur le plan du jeu où le déchet fut incroyable – d’être également présents dans ce domaine-là. Par moments, on a même été passifs."

Alors, oui, c’est toujours plus facile de refaire le match après-coup, si Antiste avait mis le ballon du 2-0, la balle de match, nous ne serions pas à disserter ce matin de la même manière. Avec des "si", le TFC serait 4e ex æquo. Ce qui correspond davantage, forcément, à son rang. En attendant, à force de gâcher des occases, quand bien même au quart du championnat…

Amian et VDB rateront l’ASNL

Bref, Patrice Garande a du pain sur la planche, il le savait. De surcroît, si sa bande n’a pas été capable de gagner, elle a revanche "su" perdre deux joueurs. Amian Adou et van den Boomen, avertis, seront automatiquement suspendus pour la journée n + 1, c’est-à-dire le prochain déplacement à Nancy (mardi 1er décembre). Qui ne s’annonçait déjà pas comme une promenade de santé ; surtout à cette période de l’année.

La Ligue 2 est plus que jamais un parcours du combattant…

https://www.ladepeche.fr/2020/11/21/les-notes-des-joueurs-du-tfc-dupe-larret-qui-sauve-le-point-du-nul-9213985.php

 

DUPÉ (7,5/10)

Rien à faire. Mis à part récupérer dans ses bras une tête décroisée de Jaques (38). À la pause, le portier des Violets n’aura pas eu besoin de changer de tenue. En deuxième période, il s’échauffe sur un gauche flottant de Doucouré, ne peut rien sur l’égalisation de ce même Doucouré (1-1, 74e) cependant réalise l’arrêt du match, synonyme de match nul, sur une demi-volée de Guezoui (86).

AMIAN (4)

Sérieux, sans plus.

GABRIELSEN (5,5)

Solide dans les duels, le nouvel international norvégien : à l’épaule sur Heinry (21), de la tête contre David (26). Sauve devant sa ligne suite à un coup franc cafouillé (65).

ROUAULT (5)

Appliqué et concentré, de là à penser que sa copie rendue face à Valenciennes était un accident de parcours...

KONÉ (5,5)

Repositionné en sentinelle en raison de la suspension de Spierings. Donc plus exposé qu’en relayeur. Son jaune orangé l’atteste (30e). Plus en vue au retour des vestiaires où il se projeta plusieurs fois. Remplacé par SIDIBÉ, pour son jeu aérien.

MOREIRA (4)

Il était où le piston en première ? Et en seconde ? Rencontre neutre, quoi.

DEJAEGERE (5,5)

Utile, pas décisif. Ou presque sur une tentative à angle fermé (71).

VAN DEN BOOMEN (6)

Le Néerlandais avait une belle carte ; s’il ne l’a pas jouée à fond, il a tiré son épingle du jeu. Passeur pour Antiste (0-1, 56e) et joli tir des 25m bien bloqué par le goal du FCCO (85).

Machado (3,5)

Toujours aussi tonique. Maintenant, on ne l’a pas vu aux avant-postes… Remplacé par HEALEY, changement tactique.

ADLI (3)

Quand il n’a pas un point d’appui devant lui, ça devient plus difficile pour le jeune virtuose toulousain. Remplacé par BAYO, blessé depuis un mois et l’escapade victorieuse en Corse.

ANTISTE (5,5)

Pas servi en première, un point c’est tout. Une fois en seconde (0-1, 56e), trois points jusqu’à un quart d’heure du terme. Bémol : il rate le break en ouvrant légèrement trop son intérieur du pied gauche, sur un lumineux service de van den Boomen, encore (63).

https://www.ladepeche.fr/2020/11/21/ligue-2-un-tfc-sans-saveur-concede-le-nul-contre-chambly-1-1-9213841.php

 

Les Violets n'ont pas réussi à se relancer face à Chambly et concèdent le match nul (1-1), à l'occasion de la 11e journée de Ligue 2, samedi 21 novembre. Brouillons et timorés dans le jeu, les hommes de Patrice Garande n'ont pas réussi à mettre en difficulté la lanterne rouge du championnat.

Les Toulousains s'étaient pourtant donné les moyens de gagner la rencontre, en ouvrant le score à la 56e minute grâce à un but de Janis Antiste. Mais ils n'ont jamais semblé en mesure de mettre la main sur un match peu plaisant à suivre. Complètement absent dans le néant footballistique proposé en première mi-temps, le Tef a beaucoup trop subi la pression de Chambly en seconde période...

L'homme du match : Janis Antiste

Le pitchoun est définitivement l'homme providentiel de ce TFC. Alors qu'on ne voyait pas comment les Toulousains pouvaient espérer marquer dans cette rencontre, Janis Antiste a débloqué la rencontre d'un sublime coup de tête, sur un corner magistralement tiré par van den Boomen. Le joueur néerlandais, de retour dans le onze de départ, a montré par séquences ses qualités de passes et rappelé son importance sur les coups de pied arrêté.

Le but de l'international espoir a amorcé le réveil de son équipe, complètement amorphe depuis le début du match. Les milieux de terrain Brecht Dejaeghere et Marco van den Boomen se sont alors illustrés par des percées et des ouvertures qui auraient pu amener le deuxième but toulousain. Mais les hommes de Patrice Garande, à l'image d'un Amine Adli peu inspiré, ont été trop maladroits pour conforter leur avance.

L'action du match : Antiste manque l'occasion de plier la rencontre

Janis Antiste n'était pas loin du match parfait, si seulement il avait doublé la mise quelques minutes après son premier but. Idéalement servi par van den Boomen, il se présente seul face à Xavier Pinoteau. Mais le pitchoun ouvre trop son pied et voit sa frappe passer à côté du poteau gauche.

Après cette occasion ratée, les actions les plus dangereuses viendront des Chamblysiens. Le bloc toulousain se recroqueville alors à nouveau, jusqu'à subir le but de l'égalisation. Les Violets prennent alors un coup sur la tête et ne parviennent pas à se relever. Mais comme souvent, Maxime Dupé sauve les siens à plusieurs reprises et évite un résultat catastrophique face au dernier de Ligue 2.

Le fait du match : encore un corner !

Le Tef retombe dans ses travers... Pourtant sérieux et appliqués pendant sept matchs consécutifs, lors de la série d'invincibilité du club, les Violets redeviennent fébriles sur les coups de pied arrêtés défensifs. Dupé est tout d'abord mis en difficulté sur une sortie aérienne lors d'un coup franc de Chambly. Son intervention manquée aurait pu coûter cher, si Ruben Gabrielsen n'était pas venu sauver son équipe sur la ligne. Dix minutes plus tard, la défense cafouille sur un corner et Medhy Guezoui n'a plus qu'à pousser le ballon au fond des filets.

Une mauvaise habitude que Toulouse doit absolument gommer s'ils veulent engranger des points et remonter au classement. Le Tef a en effet manqué une occasion parfaite de se relancer, face à la lanterne rouge et pire défense de Ligue 2. Les joueurs ne pourront pas reproduire une si pauvre performance contre Niort, samedi 28 novembre, s'ils veulent atteindre leurs ambitions de remontée.

 

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post

https://www.ladepeche.fr/2020/11/28/tfc-vaincre-et-convaincre-9225535.php

 

Ne pas vendre la peau des Chamois… Après les mésaventures face à Valenciennes (4-5) et à Chambly (1-1), les Violets de Patrice Garande ne sauraient commettre l’erreur de sous-estimer une formation qu’on peut qualifier de "révélation du début de saison".

"Cette équipe est une surprise même si tous les points qu’elle a prise elle ne les a pas volés. On avait déjà eu un aperçu de son potentiel en amical (revers 1-2 à Villenave-d’Ornon en banlieue bordelaise le 15 août) où on avait été mangés en première mi-temps, surtout dans l’entrejeu. L’on sentait qu’il s’agissait d’un groupe qui allait tenir la route. Niort a beaucoup de qualités. C’est un adversaire qui peut être très difficile à battre mais, en même temps, avoir des trous en raison de sa jeunesse."

Pas forcément le sparring-partner idéal pour se relancer après deux contreperformaces, donc. Mais quel club de L2 se révèle une proie facile ?…

Lacunes à corriger !

En attendant, l’entraîneur toulousain persiste et signe : ce qui le préoccupe, c’est d’abord la sienne d’équipe. "Cette semaine, détaille le technicien, on a plutôt mis l’accent sur nos lacunes, assez évidentes dans le jeu contre le FC Chambly à Beauvais ; ce par rapport à notre système. Il y a peu nous parvenions à évoluer avec un bloc compact, haut, qui nous permettait d’agresser le camp d’en-face et, ainsi, récupérer nombre de ballons. Dorénavant, la donne s’est compliquée : on subit trop, nous avons davantage de mal à presser en avançant et, de facto, nos pistons se retrouvent dans l’obligation de faire des courses de 80m pour aller chercher leur vis-à-vis. Bref, c’est devenu impossible…"

Simple coup de fatigue ?

Une rupture dans la continuité. Garande espère fortement que la turbulence (1 point pris sur 6 en deux journées) ne sera que passagère. Car il s’y attendait ! "Classique, j’allais dire que ce ’’moins-bien’’ est normal. On ne va pas refaire l’historique de l’intersaison : nous sommes partis de très bas, nous avons par la suite alignés une belle série (invaincus 7 rencontres durant, 3N et 4V) ; je savais qu’à un moment donné, affirme ’’PG’’, ça allait stagner."

En raison de détails qui, comme on le dit souvent, comptent beaucoup dans l’issue des débats.

"Concrètement, poursuit le coach normand, les joueurs courent et se battent toujours mais on sent qu’il manque un petit truc contrairement à auparavant." L’histoire des petits ruisseaux qui font les grandes rivières, en somme.

Nouveau tournant

"Il faut recréer une dynamique pour repartir de l’avant, plaide le tacticien. Recouvrer cette exigence maximale qu’on a un chouïa perdue. Vous commencez à me connaître : je parle fréquemment de l’attitude et du comportement que l’on doit avoir. Le staff, on discute énormément avec l’effectif. C’est à nous qu’il revient d’influer dessus. Avoir de l’ambition c’est bien, déclare en substance l’entraîneur, le montrer dans un investissement irréprochable c’est encore mieux."

Gagner. Tel sera le leitmotiv du TFC cet après-midi sous peine de rester scotché en milieu de tableau. Car l’étau se resserre drôlement : si le podium est à portée de fusil (3 points), le 17e et premier non-relégable n’est qu’à 5 longueurs derrière.

On appelle ça un match-charnière. Alors, Toulousains, si vous voulez bien mettre de l’huile dans toute la chaîne…

Chamois fort agiles

Leader à l’issue des 4e et 5e journées, deuxième à la J7, troisième à la J10, septième encore ce matin. Y’a pas à dire, le FCCN a une belle tête de favori pour jouer les play-offs – a minima. Tandis que l’objectif avoué, affiché et assumé se résume au maintien.

Hier, l’entraîneur arrivé dans les Deux-Sèvres cet été, confessait : "On vient de se rater à domicile face au promu Dunkerque (0-1), dixit Sébastien Desabre, à nous de sortir un gros match à Toulouse afin de prendre des points ; un ou trois. Mais il nous en faut dans l’optique de la lutte pour se sauver. Car on va y être dedans jusqu’au bout. En tout cas, je l’imagine comme de la sorte."

Ressuscité pour 4 buts

Un discours qui pourrait paraître étonnant par rapport, justement, à la courbe de résultats évoquée ci-avant or qui s’explique aisément eu égard aux huit saisons précédentes en deuxième division depuis la remontée des Chamois au terme de l’exercice 2011-2012. Dans le détail, cela donne : 15e, 5e, 11e, 16e, 10e, 15e, 12e et… 18e au moment de la suspension des compétitions qui deviendra définitive au printemps dernier. Et comme il n’y eut normalement que deux descentes cependant surtout pas de barrages à cause de la pandémie, Niort sauva sa peau. Aux dépens du Mans, 19e, renvoyé à ses chères études en National pour avoir concédé 4 buts de plus que la formation aquitaine !

Pelé a joué à Niort

Ah, qu’elle est loin l’époque dorée du club avec, pour ceux qui auraient oublié, les fulgurances du numéro 10 ghanéen Abedi Pelé – grand artisan de la montée en Ligue 1 en mai 1987… Une petite année dans l’élite puis redescendra, même jusqu’en CFA (D4) en 2009 !

Aujourd’hui, c’est un duo qui porte le FCCN : Kemen-Ba, association de bienfaiteurs. Le milieu offensif franco-camerounais Olivier Kemen, qui débuta en professionnel à Lyon, et le neuf sénégalais Pape Ibnou Ba font des ravages dans les défenses de L2. Au total, la doublette recense 8 buts sur 15. Les joyeux comparses sont donc impliqués dans plus de 50% des réalisations niortaises. Chamois fort agiles.

 

 

 

https://www.ladepeche.fr/2020/11/28/chamois-fort-agiles-9225393.php

Leader à l’issue des 4e et 5e journées, deuxième à la J7, troisième à la J10, septième encore ce matin. Y’a pas à dire, le FCCN a une belle tête de favori pour jouer les play-offs – a minima. Tandis que l’objectif avoué, affiché et assumé se résume au maintien.

Hier, l’entraîneur arrivé dans les Deux-Sèvres cet été, confessait : "On vient de se rater à domicile face au promu Dunkerque (0-1), dixit Sébastien Desabre, à nous de sortir un gros match à Toulouse afin de prendre des points ; un ou trois. Mais il nous en faut dans l’optique de la lutte pour se sauver. Car on va y être dedans jusqu’au bout. En tout cas, je l’imagine comme de la sorte."

Ressuscité pour 4 buts

Un discours qui pourrait paraître étonnant par rapport, justement, à la courbe de résultats évoquée ci-avant or qui s’explique aisément eu égard aux huit saisons précédentes en deuxième division depuis la remontée des Chamois au terme de l’exercice 2011-2012. Dans le détail, cela donne : 15e, 5e, 11e, 16e, 10e, 15e, 12e et… 18e au moment de la suspension des compétitions qui deviendra définitive au printemps dernier. Et comme il n’y eut normalement que deux descentes cependant surtout pas de barrages à cause de la pandémie, Niort sauva sa peau. Aux dépens du Mans, 19e, renvoyé à ses chères études en National pour avoir concédé 4 buts de plus que la formation aquitaine !

Pelé a joué à Niort

Ah, qu’elle est loin l’époque dorée du club avec, pour ceux qui auraient oublié, les fulgurances du numéro 10 ghanéen Abedi Pelé – grand artisan de la montée en Ligue 1 en mai 1987… Une petite année dans l’élite puis redescendra, même jusqu’en CFA (D4) en 2009 !

Aujourd’hui, c’est un duo qui porte le FCCN : Kemen-Ba, association de bienfaiteurs. Le milieu offensif franco-camerounais Olivier Kemen, qui débuta en professionnel à Lyon, et le neuf sénégalais Pape Ibnou Ba font des ravages dans les défenses de L2. Au total, la doublette recense 8 buts sur 15. Les joyeux comparses sont donc impliqués dans plus de 50% des réalisations niortaises. Chamois fort agiles.

  • Like 1
Link to post

https://www.ladepeche.fr/2020/11/28/ligue-2-le-tfc-arrache-la-victoire-2-1-contre-niort-et-renoue-avec-la-victoire-9226393.php

Ligue 2 : le TFC arrache la victoire 2-1 contre Niort, et renoue avec la victoire

Le TFC s'est imposé in extremis 2-1 face à Niort ce samedi 28 novembre au Stadium, malgré une ouverture du score concédée tôt dans le match. Toulouse remonte provisoirement à la cinquième place de Ligue 2 avec 19 points, avant les autres matchs de la 12e journée. 

Fin de série pour les hommes de Patrice Garande. Après deux matchs sans succès, le TFC renoue enfin avec la victoire ce samedi 28 novembre en disposant difficilement des Chamois Niortais au Stadium 2-1. Niort ouvre le score très rapidement, à la septième minute, par l'intermédiaire d'une tête du buteur maison Pape Ibnou Ba...mais le TFC réagit deux minutes plus tard, et égalise grâce à Branco Van den Boomen d'une frappe lointaine. Rhys Healey délivre ses partenaires à la 79e grâce à une frappe splendide. Le Britannique inscrit là son premier but avec le Tef' pour sa première titularisation. 

Outre une victoire soulageante, et les trois points engrangés, les 60 premières minutes toulousaines ne peuvent pas être suffisantes pour jouer le haut de tableau en Ligue 2. Pendant une heure, les Violets se sont montrés apathiques, ne proposant que peu de mouvements, et subissant les assauts répétés de Ba et Joseph Mendes sur le front de l'attaque.

Le TFC rentre aux vestiaires à la pause avec un but concédé, mais ne doit son salut qu'au manque de réalisme de Niort. La réalisation de Rhys Healey vient davantage d'un éclair du joueur face au but, que d'une séquence collective construite. Il faut dire que le système de jeu en 4-3-3 n'a pas aidé le TFC, qui a mis du temps à s'y acclimater dans cette rencontre. 

 
  • L'homme du match : Van den Boomen 

Patrice Garande avait décidé de faire tourner pour cette partie, et Van den Boomen a donc suppléé Brecht Dejaegere dans le XI de départ. Pari gagnant, puisque le Néerlandais est impliqué sur les deux buts. Sur le premier, après un service de Steven Moreira dans l'axe, Van den Boomen enroule une frappe à mi-hauteur se logeant dans le petit filet du portier de Niort, Mathieu Michel. Sur le second, il est passeur décisif et offre un caviar entre les lignes à Healey, qui n'a plus qu'à terminer le travail. 

Même si par moments, le Néerlandais s'est montré plutôt discret, laissant les prérogatives à Manu Koné, remuant dans le cœur du jeu, sa qualité de passe et de frappe a fait la différence. Son pied est la principale raison de sa venue sur les bords de Garonne..et il offre ce samedi trois points importants aux Violets dans la course aux premières places. 

  • L'homme de l'ombre : Manu Koné

Quand ses partenaires avaient la tête sous l'eau, et qu'ils subissaient les assauts répétés des Niortais, Koné a fait les efforts pour ressortir les ballons. Seul Toulousain à se mettre en évidence au milieu de terrain pendant 60 minutes, il a mené les rares franches occasions des Violets. 

Sa technique et sa vivacité ont permis au TFC de ne pas perdre trop lourdement la bataille du milieu de terrain en première période. Malgré ses bonnes intentions, Koné est resté bien esseulé dans l'axe, sans réelle solution pour faire progresser le ballon. 

  • L'inquiétude : la charnière centrale 

Préféré à Anthony Rouault, Bafodé Diakité n'a pas franchement marqué des points face aux Chamois Niortais. S'il n'a pas été particulièrement mis à la faute dans ce match, il ne s'est pas non plus montré rassurant. Même son de cloche pour son comparse Ruben Gabrielsen, fautif sur l'ouverture du score de Ba. 

Six buts encaissés en trois matchs, l'addition est salée, et elle pourrait conduire Patrice Garande à réfléchir à d'autres options. Comme celle d'aligner pour la première fois ensemble les deux "Pitchouns", Rouault et Diakité. Une piste compromise pour l'heure au regard du statut de Gabrielsen, mais qui pourrait se préciser si les prestations défensives continuent à être aussi fébriles. 

Les réactions

Sébastien Desabre, coach des Chamois Niortais : 

"Nous sommes frustrés par cette défaite, nous aurions pu faire mieux au vu de la physionomie du match. Ça ne s'est pas joué à grand-chose. Il faut féliciter le TFC, qui y a cru jusqu'au bout, mais c'est un match qui aurait pu basculer dans les deux sens. Le tournant de la rencontre est sans doute cette occasion de Mendes (71e minute) qui ne termine pas au fond..."

Patrice Garande, coach du Toulouse FC : 

"C'est une victoire qui fait du bien! J'aime ces victoires dans la douleur, elles scellent le groupe. Bon, il ne faut pas que ce soit tous les week-end comme ça... On savait que ce serait dur, et j'ai aimé la réaction de l'équipe après une première période difficile. L'objectif du match, c'est ce que j'avais dit aux joueurs, c'était de recréer une dynamique. Aujourd'hui, nous sommes dans les clous pour refaire une série positive."

 

 

 

https://www.ladepeche.fr/2020/11/28/tfcniort-le-banco-de-van-den-boomen-9226544.php

TFC/Niort : le banco de van den Boomen

Dupé (4/10).- Peu de boulot pour lui cet après-midi. Il aurait sans doute pu sortir de manière plus autoritaire sur l’action du but niortais.

 

Amian (3).- Passif sur le but de Ba, trop tendre dans les duels malgré quelques bons retours.

Diakité (3).- Avec ses complices de la défense, ils se sont trop souvent regardés, laissant les deux attaquants niortais dans un fauteuil. Quand il a voulu faire le ménage, il est passé devant Gabrielsen et a remis l’action niortaise en route (52). Un retour difficile pour lui.

Gabrielsen (3).- Trop tranquille dans la relance, il aurait pu être à l’origine d’un but d’anthologie de Mendes, mais le ciseau de l’attaquant est passé à côté (71). Globalement très fébrile.

 

Moreira (3).- Le passage à quatre défenseurs ne lui rend pas service… Trop de lacunes défensives cet après-midi, et des erreurs techniques gênantes. Il aurait pu marquer, mais a trop temporisé face aux cages (59).

Spierings (4,5).- Il a su élever son niveau de jeu après un décrassage en première période.

Koné (6).- Quand l’équipe a du mal, elle peut toujours compter sur ses chevauchées pour se mettre dans l’avancée. Un régal quand il a le jeu face à lui. Maintenant, il faudra penser à appuyer ses frappes.

van den Boomen (7).- Un amour d’enroulé dans le soupirail pour égaliser, un délice d’ouverture pour gagner ce match compliqué. Van den Boomen a fait sauter la banque, en plus d’avoir livré une prestation très correcte dans le placement et l’orientation du jeu. Remplacé par ROUAULT (81).

Antiste (3).- Mais où est-il passé ? Remplacé par BAYO (67), pinceaux emmêlés.

Healey (6).- On ne pourra pas lui reprocher de ne pas se battre. Peu servi en première, mais intéressant en point de fixation, il a montré son sang-froid devant le but en fin de match. Il ne lui a pas fallu grand-chose, et c’est tant mieux.

Adli (5).- Comme Koné, il fait partie de ses joueurs qui peuvent mettre tout le monde dans l’avancée par une course. Encore un peu tendre, mais pas avare d’efforts. Remplacé par DEJAEGERE (81), dans un autre style.

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
il y a 18 minutes, Gollum a dit :

Pour le coup, tout ça est bien vu.

Franchement oui très bien vu. Un peu de protection de Diakité quand même mais bon l'exercice de la notation est toujours très dur. 

 

  • Thanks 1
Link to post

 

https://www.ladepeche.fr/2020/11/30/tfc-cest-reparti-9228389.php

 

Pour tout l’amour du Rhys… Le bonheur, c’est simple comme un plat du pied petit-filet. En inscrivant son second but pour sa première titularisation de la saison, l’avant-centre anglo-saxon a offert les trois points aux Toulousains et, par là-même, leur a permis de réenclencher la marche avant. C’était le… but de l’après-midi, avant-hier, avec la réception de Chamois pas franchement dociles, reconnaissons-le.

Après deux rencontres sans couleur (1-1 à Beauvais contre Chambly samedi passé) mais pas sans saveur (défaite 4-5 une semaine plus tôt face à Valenciennes), le Toulouse FC a donc de nouveau le sourire. Même si le succès fut acquis après pas mal de grimaces. Mené très vite, au bord de la rupture en plusieurs circonstances lors du premier acte, proche d’être une seconde fois derrière au score à l’heure de jeu… mais finalement auréolé de la victoire.

Jour souvent, nuit parfois

Tel est le paradoxe de ce Téfécé 2020-2021, jeune, d’où insouciant. Donc intermittent, également. L’entraîneur des Violets de le reconnaître sans ambages.

"On a une équipe qui par moments peut montrer beaucoup de maturité, d’aisance technique, jusqu’à une certaine assurance même, relève Patrice Garande, et puis, dans le même match, nous pouvons afficher de la fébrilité."

Docteur Jekyll et Mister Hyde, en somme. Un constat binaire qui, au passage, revêt un avantage : faciliter la tâche du staff. "Ce que j’ai dit aux garçons à la mi-temps ? Tout simplement, répond ’’PG’’, qu’il y a plein de choses qu’on aurait pu faire mieux. On a mis l’accent sur ce qu’on ne parvenait pas à réaliser." Des fois, une dizaine de mètres suffit pour… "Nos milieux étaient trop bas, note le coach normand. Résultat : on prenait l’eau. On a réglé la mire." Et, corollaire, remporter la mise. CQFD.

Quid du tableau noir

Même si Garande se montre toujours réticent à évoquer la problématique tactique – en clair, à rendre comme principal responsable d’une mauvaise prestation le système de jeu –, l’ancien meilleur buteur de D1 avait changé de schéma samedi. "Là aussi, je n’y attache pas d’importance démesurée comme vous pouvez le faire. Je n’avais pas Macha(do, blessé) et je dois gérer cette semaine à trois matchs. Voilà. D’ailleurs, je suis repassé à cinq derrière en fin de partie avec l’entrée d’Anthony (Rouault). On avait pris l’avantage, certes, mais le remplacement était prévu. Afin de presser, jouer encore plus haut, aller chercher le succès."

En attendant, VA et FCCO avaient laissé des stigmates et intimé le technicien Garande à se réinventer. En dehors du dispositif (4-3-3 à la place du 3-5-2), plusieurs nouveautés ont émail-lé cette 12e joute, la 7e à la maison : retour dans le XI de Diakité absent sur blessure puis choix sportif (Rouault préféré), recul et glissement au poste de latéral gauche de Moreira, présence au coup d’envoi – Dejaegere ménagé – de van den Boomen qui nonobstant Chambly n’avait plus été titularisé pendant quatre journées, Première également durant 90min de Healey.

Le test lorrain

Eh alors ? Coaching gagnant. Au travers du résultat, d’abord, dogme incontestable. Par la manière quelque part : "J’ai aimé la réaction de l’équipe pour égaliser de suite (2min après) puis forcer le destin (à 10min du terme). Vous savez, mon truc c’est avant tout le comportement."

Justement, quel va être le sien, à Patrice Garande, demain soir, au moment de livrer sa composition pour défier Nancy…

Les…180min de VDB

La boutade. En conférence de presse, invité à commenter la prestation de l’homme du match Branco van den Boomen (1 but, 1 passe),  Patrice Garande eut ce bon mot  envers son milieu batave. « Branco savait qu’il était suspendu mardi au prochain match, donc il s’est sûrement dit qu’il fallait qu’il en joue deux en un aujourd’hui (samedi, ndlr).  Trêve de plaisanteries, mais oui, reprend l’entraîneur, il est à créditer d’une rencontre complète. Car en plus il a défendu, intelligemment, et a rectifié son positionnement pour recevoir le ballon vers l’avant. »

 

 

 

 

https://www.ladepeche.fr/2020/11/30/rhys-healey-repond-present-9228393.php

Jusque-là, Rhys Healey n’avait dû se contenter que de quelques bouts de matchs avec le Tef. Suffisants pourtant pour inscrire son premier but sous ses nouvelles couleurs, le 26 septembre dernier face à Auxerre (3-1), et asseoir une réputation d’attaquant bagarreur, déjà fidèle au cliché que l’on pourrait se faire d’un joueur débarqué de troisième division anglaise. Il ne l’a pas faite mentir samedi : pour sa première titularisation avec les Violets, le natif de Manchester est ressorti la tête haute du combat livré face aux Chamois niortais, et a surtout délivré les siens en inscrivant le but victorieux à la 80e minute de la rencontre.

Un duel remporté avec sang froid face au gardien adverse, "pas si facile à mettre" selon son entraîneur Patrice Garande, qui n’est pas mal placé pour le savoir.

La grinta britannique

"Rhys a des qualités énormes face au but" apprécie Garande, qui l’avait fait entrer en jeu à huit reprises lors des rencontres précédentes. "Et dans le jeu, il cale bien les ballons, même sous pression", poursuit l’ancien attaquant. La palette de l’ex’ de Milton Keynes Dons ne s’arrête effectivement pas à ses qualités de finisseur, et si certains pourront douter de sa finesse technique, force est de constater que le numéro 9 de 25 ans ne baisse jamais les bras et représente un point de fixation intéressant sur le front de l’attaque. "On l’a plus vu en seconde période, parce que toute l’équipe jouait plus haut. C’est plus compliqué pour un attaquant quand il n’a pas de ballons", rappelle Garande comme une évidence. Samedi, Healey n’en a pas eu beaucoup, mais n’a pas manqué celui qui comptait. De quoi au moins engranger de la confiance, alors que Vakoun Bayo revient difficilement de blessure et qu’Efthymios Koulouris se morfond loin des feuilles de matchs…

  • Like 2
  • Thanks 1
Link to post

 

https://www.ladepeche.fr/2020/12/01/tfc-a-nancy-pour-poursuivre-la-serie-9230683.php

 

British spirit du côté du Stadium. À l’occasion de cette semaine à trois matchs, Patrice Garande a choisi d’appliquer la mentalité anglaise. "On a joué un match, on est content de l’avoir gagné (devant Niort samedi, 2-1), on passe au suivant (à Nancy, 19h) et on fera un bilan à l’issue du match face à Guingamp (samedi, 19h)", a expliqué le technicien toulousain hier. Chacune de ces trois rencontres revêt la même importance pour le staff qui ne jure que par un objectif : relancer une série positive.

Actuellement septième de L2 (19 points), les Violets ne se trouvent qu’à trois longueurs de la deuxième place. Mais à l’heure d’affronter Nancy (17e, 11pts), Garande ne parle pas de viser le podium à l’issue du match.

"On s’est fixé un objectif entre nous, avec les joueurs et mon staff. Ce n’est pas un objectif de points mais pour l’instant nous sommes dans les clous", précise-t-il, sourire en coin.

Koulouris pas écarté, mais…

Dans l’Est, les Garonnais vont affronter une formation qui, si elle est en difficulté au niveau comptable, a des arguments à faire valoir sur le plan offensif. Le duo Biron-Barka est auteur de 5 des 10 buts lorrains depuis le début de saison. Et pour y faire face, la défense violette va devoir se mettre au diapason et se montrer plus sereine que lors du match face à Niort.

Samedi dernier, l’arrière-garde toulousaine s’est montrée fébrile, notamment sur le jeu aérien. Une conséquence du changement de système ? "Cela a donné lieu à des imperfections, concède le coach. Mais il y a des situations, notamment sur les longues transversales où on a été défaillants, et cela n’a rien à voir avec le système."

Le technicien téféciste devrait d’ailleurs revenir à ses fondamentaux, ce soir, avec son 3-5-2. Amian et van den Boomen étant suspendus, ils seront remplacés par Rouault et Dejaegere dans le XI de départ. En ce qui concerne l’attaque, le buteur anglais Rhys Healey devrait conserver sa place et être associé à Janis Antiste.

Par ailleurs, Garande a évoqué la situation d’Efthymios Koulouris, de nouveau absent du groupe. "J’attends plus de lui. Il n’y a pas de mise à l’écart mais je fais des choix en regardant ce qu’il se passe à l’entraînement…"

En clair, le Grec n’est pas assez impliqué dans l’esprit du coach.

 

  • Like 2
Link to post

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...