Jump to content

Repêchage TFC Ligue 1


Recommended Posts

Sur le live ils ont du mal à estimer la dette mais garde espoir, entre 200 et 300 salariés au club ça semble énorme, Lopez arriverait grâce à un fond et prêt à 10% :grin: ça sent la blanchisseuse et ils annoncent 50M€ pour faire du trading, on marche sur la tete !

 

Link to comment

J'ai pris depuis 10min, ils ont l'air confiant..après plus les communiqués tardent à venir, plus c'est bon pour eux..

Faut voir le passage à la DNCG en suivant. Ca va trop durer cette histoire -_-

Edited by marco
Link to comment
il y a 5 minutes, marco a dit :

J'ai pris depuis 10min, ils ont l'air confiant..après plus les communiqués tardent à venir, plus c'est bon pour eux..

Faut voir le passage à la DNCG en suivant. Ca va trop durer cette histoire -_-

Ah ben le type en haut à gauche apparemment il reçoit des textos de je ne sais qui qui lui disent que c'est en bonne voie. Je ne comprends pas comment cela est possible.

Link to comment
il y a 6 minutes, Stef82 a dit :

si c'est vrai c'est surrealiste que l'on puisse avoir des infos en direct d'une négo sur youtube

Longuepée serait démis, ce ne serait pas bon pour nous ça non?

Ben ptet c'est le mandataire directement qui prend les rênes comme une procédure normale pour moi ça voudrait dire que le RJ est prononcé et que ce sera annoncé demain. Du coup le club passe dans les mains des mandataires comme nous en 2001

Link to comment
il y a 14 minutes, Toulousain31 a dit :

Ben ptet c'est le mandataire directement qui prend les rênes comme une procédure normale pour moi ça voudrait dire que le RJ est prononcé et que ce sera annoncé demain. Du coup le club passe dans les mains des mandataires comme nous en 2001

Ça veut dire rétrogradation ou pas ? 😅

Link to comment

Attention j’ai re écouter depuis le début en fait il ne sait pas. Il reprend des infos sorties et il rajoute que longuepee ne serait plus mandataire social mais cette info n’est pas vérifiée. Il explique aussi que ça peut capoter à tout moment ! Wait and see!

Link to comment
il y a une heure, Flo950 a dit :

Sur les deux dernières saisons Bordeaux a énormément vendu pour 9,5M cette saison et l'année précédente c’était 52M.

Le chiffre des ventes, il faut s'en méfier, ça dépend des primes versées, du nombre d'intermédiaires, ... Regarde Osimenh à Lille : vendu 80 millions à peu près, pour 10 au final dans les caisses du Losc...

Link to comment

Je suis sidéré par leur entêtement à trouver un accord et ne pas voir la réalité économique de leur club. Voir Gérard Lopez cité comme sauveur ou héros me laisse à penser que soit les cours d'économies ne sont plus ce qu ils étaient soit ils vivent dans une réalité parallèle. La seule solution pour les sauver c'est l'état et la DNCG clémente. Et dans ces cas là je n'oserais penser ce que les 19 autres clubs de ligue 1 feraient en cas de relégation l'année prochaine. Et surtout le message que t'envoie avec des pas grave la dette on vous  gardera en ligue 1

Edited by Toulousain31
  • Like 1
Link to comment
il y a 3 minutes, Toulousain31 a dit :

Quelqu un a l'article en entier a poster ici siouple 🙏

Je te sors ça :)

Ancien président de Lille, Gérard Lopez a fait une offre pour le rachat de Bordeaux. (P. Lahalle/L'Équipe)
Foot
 L1, 
Bordeaux
avant-première abonnés

Gérard Lopez prend la main dans le dossier du rachat des Girondins de Bordeaux

L'ancien propriétaire du LOSC Lille Gérard Lopez est bien parti pour racheter les Girondins de Bordeaux. Il a trouvé un accord de principe avec King Street et Fortress mais il a besoin d'un délai.

Emery Taisnemis à jour le 21 juin 2021 à 21h45
 
 

Le processus de vente des Girondins a connu suffisamment de rebondissements pour ne pas exclure totalement qu'il puisse y en avoir un nouveau mais une nette tendance s'est dégagée au cours de la journée de lundi. Gérard Lopez a fait une offre le matin, il est bien parti pour racheter le club et éloigner du même coup, au moins temporairement, la menace d'un redressement judiciaire.

 
 

L'ancien propriétaire du LOSC Lille a trouvé hier un accord de principe avec King Street (KS) mais, surtout, avec son principal bailleur, Fortress, qui voulait à tout prix éviter la case tribunal de commerce pour ne pas renoncer à la dette qui lui est due (38 M€ plus les intérêts annuels, estimés à 3,705 M€). Non seulement le fonds d'investissement a accepté d'échelonner ce montant mais il pourrait aussi être intégré au capital du club.

La dernière incertitude dans ce dossier concerne le financement et le délai imparti pour finaliser (ou non) l'opération : au-delà des taux d'intérêt (supérieurs à 10 %), l'un des fonds prêteurs qui soutient l'ancien patron de Lotus n'a pas encore fourni les garanties nécessaires. Un délai de quatre à cinq jours a été demandé, alors que l'entourage de Lopez nous a fait savoir qu'il fallait à tout prix éviter un redressement judiciaire pour ne pas complexifier encore davantage le dossier : s'il estime que l'évidence des fonds n'est pas apportée, le PDG des Girondins et mandataire social, Frédéric Longuépée, doit, en théorie, déclarer la cessation de paiement auprès du greffe du tribunal de commerce mardi au plus tard pour ne pas risquer que le club perde son statut professionnel.

Si les discussions avec Lopez n'aboutissaient pas, le club pourrait repartir en National 3

Lundi, une rumeur insistante selon laquelle King Street pourrait lui retirer son pouvoir exécutif a circulé : pour l'empêcher de déclencher la procédure ? L'intéressé, lui, a affirmé ne pas être au courant. Dans l'éventualité où la fenêtre de tir serait manquée et que les discussions avec Lopez n'aboutiraient pas, le club pourrait repartir en National 3. Un risque que semblent prêts à assumer King Street et les supporters, qui ne voulaient pas entendre parler d'un redressement judiciaire.

Alors que l'autre candidat en lice, Didier Quillot, partait de trop loin après avoir exigé de King Street qu'il respecte ses engagements pris devant la direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) au mois de juillet 2020 - à savoir remettre les capitaux du club à 0 -, Lopez affichait lundi en privé son optimisme. Il n'a pas chômé durant le week-end : ce n'était pas gagné qu'il soit en aussi bonne posture, en fin de semaine dernière, lorsqu'il a constaté que les délais étaient trop courts pour que son partenaire initial Oak Hill Capital Partners réunisse les fonds à temps.

Les tractations ont fait une victime : faute d'avoir apporté les fonds qu'il avait promis, l'entrepreneur Pascal Rigo n'est plus dans la partie, contrairement à Stéphane Martin, qui pourrait occuper un poste de directeur général. En attendant de savoir ce qu'en pensera la DNCG si Lopez va bien au bout, la fin du premier feuilleton a peut-être enfin sonné.

  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...