Jump to content

Revue de presse


yannlib

Recommended Posts

La depeche 27/09

LIGUE 1. DÉFENSIVEMENT SOLIDE, EFFICACE EN ATTAQUE, L'ÉQUIPE TOULOUSAINE PROGRESSE À PAS DE GÉANT.

TFC : les clignotants sont au vert

Avant tout, rendons à Albin Ebondo ce qui n'appartient pas à Achille Emana, à savoir le centre sur lequel Daniel Moreira va sauter plus haut que tout le monde en fin de match, pour une égalisation somme toute logique du TFC au vu d'une excellente rencontre, samedi soir à Bordeaux.

Récompensé par cette « passe décisive », sur un ballon amorcé par Taider, Ebondo (et Aubey à gauche, avant qu'il ne coulisse dans l'axe) est en train de prendre un sacré volume. Le Marseillais, qui n'est pas un défenseur latéral mais un stoppeur de formation et d'affinités, s'est adapté en peu de temps à une autre tâche, probablement « boosté » (au même titre que Taider et Aubey) par sa sélection en espoirs. Erick Mombaerts apprécie la mutation. « J'ai beaucoup aimé la maîtrise de l'équipe, à l'image de ce qu'ont fait nos deux jeunes latéraux, qui n'ont jamais paniqué. L'ensemble de l'équipe s'est mis dans de très bonnes dispositions, malgré la fatigue, et a montré qu'elle était capable de faire beaucoup d'efforts pour le collectif ».

L'entraîneur toulousain note encore « une grosse satisfaction, celle d'être revenue au score » (c'est la première fois cette saison), dans « un match de qualité, avec beaucoup de respect de part et d'autre, du fair-play ».

Il est vrai que l'on était loin, samedi soir, de certains derbies bien sulfureux, pesants et étriqués. Deux belles équipes se sont affrontées, elles n'ont eu de cesse de jouer, de trouver la faille dans le bloc adverse. Bordeaux, qui n'aura pas cette saison de coupe d'Europe à intégrer dans son calendrier, a incontestablement une carte à jouer en haut du tableau de Ligue 1. Mais Toulouse, qui vient de ramasser son 12e point en huit journées, soit le total atteint à la trêve la saison dernière (il n'était pas difficile de faire pire), a également une carte à jouer. Pas de pression du résultat, mais des certitudes de plus en plus grandes, « à l'extérieur, quels que soient l'adversaire ou les problèmes posés, l'équipe garde son identité ». Le coach savoure, son équipe abat les obstacles les uns après les autres, et elle monte régulièrement en qualité.

De quoi conforter Daniel Moreira dans ses choix. Le « ch'ti » a inscrit samedi soir son troisième but de la saison. D'une superbe détente, et de la tête. « C'est rare », sourit-il. « Mais c'est bien contre cette super belle équipe qui nous a créé beaucoup de soucis. Notre point, c'est celui pour les matches d'avant, car nous étions émoussés et, après une bonne première mi-temps, nous n'avons pas eu une seule occasion en deuxième, sauf sur le retourné d'Eduardo ».

Après avoir marqué contre Strasbourg (2e journée) et Paris SG (3e), le néo Toulousain n'avait plus fait trembler les filets. Mais il avait gâché pas mal d'occasions ces derniers temps. « Je n'ai pas ce genre de doute, par rapport à l'efficacité. Par contre, c'est vrai que quand on prend le but, je me suis posé des questions, je me suis dit non, pas trois fois Et ça, ça va nous faire avancer, car nous avons les joueurs pour marquer à n'importe quel moment ».

Heureux de son « meilleur début de saison », avec une « envie folle de bouger sur le terrain, où je joue à mon poste dans une super équipe », Daniel Moreira s'épanouit à Toulouse. « Je veux qu'on finisse dans les dix premiers, j'en suis sûr. Je suis venu ici avec beaucoup d'ambitions, mais les événements me donnent raison ». P. B.

Pour ceux qui ont l'equipe, mettez les articles concernant le tef s'il vous plaît !

Link to comment

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...