Jump to content

Sandwich2Ross

Membres
  • Content Count

    596
  • Joined

  • Last visited

Recent Profile Visitors

878 profile views
  1. oui, puisque égalité et équité s'opposent. C'est comme la TVA. L'égalité de traitement est un principe injuste puisqu'elle nie les inégalités des conditions. mais en plus ce que tu dit est faux, puisque les cotisations des plus aisés sont proportionellement plus faible. Donc bon.
  2. c'est même pas inexact Parmi les mieux classés à l'indice de Gini (qui analyse la répartition des revenus), on trouve l'Ukraine à côté de la Finlande La magie des stat https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/si.pov.gini?most_recent_value_desc=false
  3. c'est bien ça le problème. Moi je m'en fiche d'avoir la même règle parce que je peux mettre de côté et me barrer plus tôt. C'est la différence entre l'égalité et l'équité. Et je te parle même pas du patrimoine.
  4. Alors point par point : - quand je vois que chez tous nos voisins, l'age de la retraite est repoussée (plutôt sérieusement dans certains cas ... 68 ans ??! ) oui. Le néolibéralisme est présent chez os voisins aussi. Disons que cet argument ne démontre pas la nécessité, il montre juste qu'ailleurs, les travailleurs se sont faits enfler. - la démographie. Bon d'une part je te renvoie à la citation de Macron qui dit lui-même que c'est pas un problème (or, si tu fais confiance à Macron, ben... écoute le!). D'autre part... je sais pas comment l'expliquer clairement, mais si je reste 2 ans de plus en poste pour cotiser plus longtemps, je fous le mec qui devait me remplacer au chomage. un million de travailleurs qui restent en poste un an de plus... c'est mathématiquement un million d'emploi qui ne sont pas donnés à la génération qui arrive sur le marché du travail. Donc non ça ne résoud rien cette mesure. - faire confiance aux politiques, moi, je veux bien, mais là on est face à de la comm', à aucun moment on entend parler sérieusement d'économie, de vrais chiffres, et c'est ça qui te donne cette curieuse sensation d'avoir une opinion sans avoir le moindre chiffre concret pour le défendre. Je crois pas qu'on puisse trouver beaucoup d'économistes qui défendent une telle réforme, à part un anarchiste comme Gollum qui assume que c'est pour vider l'Etat. - les pays qui mènent pas trop mal leur barque... tu penses à qui? L 'Allemagne et son taux de pauvreté qui explose? Quand on regarde l'économie et la société, la seule donnée du PIB est vraiment insuffisante. Le livre de Piketty le montre très bien en compilant une quantité de données monstrueuses : on bat tous les records d'inégalité. On est en mode Germinal, si tu veux, aujourd'hui. En fait, c'est nous, aussi, qui avions bien géré notre barque : on avait l'éducation gratuite, les hopitaux soignaient gratuitement, les retraités étaient les moins pauvres du monde. Toutes cette redistribution indirecte des richesses qui permettait de contenir les inégalités qu'on fout en l'air. Et le mandat de Macron est particulièrement violent sur cet aspect.
  5. Je comprends le ressenti, c'est un peu comme avec le mot fasciste, à force de l'utiliser... le jour ou ça revient, tu peux alerter tant que tu veux, on te dira que tu alertais hier, etc. MAIS pourtant FPIV dit vrai... les réformes de Macron profite surtout au 10% (chiffre dit au hasard, m'enfin tu comprendras l'idée) les plus riches. Tu peux trouver plein d'infos qui en témoignent, j'ai pris un des premiers lien google : capital, c'est pas un journal à cliché gauchiste : https://www.capital.fr/economie-politique/la-preuve-en-chiffres-que-macron-est-bien-le-president-des-riches-1299602
  6. mais du coup, c'est quoi qui est nécessaire selon toi? C'est une vraie question parce que j'ai parfois le sentiment qu'on nous a tellement bourré le mou avec la réforme des retraites qu'on finit -sans y comprendre grand chose- par être convaincu que c'estle merdier absolu et qu'il faut absolument repousser l'age de départ, financer plus et gagner moins... Or selon les mots de Macron il y a quelques années, la retraite n'est plus un problème financier. ""Après plus de vingt ans de réformes successives, le problème des retraites n'est plus un problème financier. Les travaux du Conseil d'Orientation des Retraites (COR), qui font référence, le montrent : pour la première fois depuis des décennies, les perspectives financières permettent d'envisager l'avenir avec 'une sérénité raisonnable' selon le Comité de Suivi des Retraites. L'enjeu aujourd'hui n'est donc pas de repousser l'âge ou d'augmenter la durée de cotisation." Alors du coup, c'est quoi qui est si nécessaire?
  7. Moi non plus, tu l'auras compris. Ce qui me gêne, c'est qu'on profite de cette harmonisation pour passer une réforme rétrograde (même Fillon l'avait dit en son temps, que les points sont une arnaques... et il s'y connait en arnaque ). Mettre tout le monde au même régime - en prenant en compte des spécificités, la pénibilité, l'irrégularité de la carrière (chomage, grossesse...) etc. - on est d'accord Eke, c'est totalement rationnel. Le problème c'est quel régime tu mets en place.
  8. oui, totalement d'accord. Mais c'est pas ça qui est remis en cause. Et je peux même pousser ton raisonnement plus loin : pourquoi détricotte-t-on (c'est dur à écrire) le code du travail pour faire autant de droit du travail que de secteur? Je crois qu'historiquement (mais c'est à vérifier), c'est les patron qui ont fait les régimes spéciaux. Notamment à la SNCF. Pour fidéliser la main d'oeuvre. Compare la France et les Etats-Unis. Tu auras une réponse - pas aussi manichéenne que ta question - mais qui te montrera que ce sont des choix politiques.
  9. Je me gave pas : pour pouvoir faire de du bénévolat dans 4 associations, je bosse à temps très partiel. J'ai un salaire de prof français en fin de carrière, je suis pas à plaindre et ce n'est absolument pas ce que je fais : je fais tout l'inverse : je plains les autres :mere-therezad: non.
  10. Non, c'est pas que c'est impossible, ce sont des choix idéologiques : favoriser les intérêts privés et la finance, c'est un projet politique comme un autre : pourquoi crois-tu qu'on privatise des secteur rentables? Les mêmes t'auraient dit que c'est impossible d'avoir 5 semaines de congés, en travaillant 35h par semaine. Les choix sont (presque) tous possible et dépendent de rapport de force politique. Et je suis à peu près persuadé qu'il n'y a pas de bonne ou de mauvaise décision, que le libéralisme ou l'étatisation à outrance peuvent tout deux produire des choses qui fonctionnent ou dysfonctionnent, selon le contexte et les rapports de force. Là, les travailleurs sont plus que jamais fragilisés : le chomage, l'interim, ça aide pas à s'organiser, par exemple. Et du coup, les attaques se multiplient contre tout ce qu'ils ont obtenu par de longues luttes.
  11. C'est le capital au XXIe que je lis. Bon, j'en ai pour l'année, mais c'est effectivement captivant, et j'y trouve effectivement de quoi baser mon raisonnement sur quelque chose de plus sérieux que la vidéo du dessus (même si idéologiquement je m'en sens proche, je n'ai rien lu de lui, tout au plus quelques articles de Lordon chez les économistes atterrés). tu crois vraiment que j'ai fait 15 piges d'étude pour avoir un métier quel qu'il soit? Non, je suis juste devenu prof pour avoir un salaire à perdre pendant les grèves
  12. en même temps, le "journaliste" doit pas y comprendre grand chose en économie (je me rends compte de la perche que je te tends pour rebondir sur Porcher ). Je te rassure, je me "soigne", je suis plongé dans le pavé de Piketty (très chouette au demeurant)
  13. et pour la question de la dette, là aussi, on gagnerait à ne pas écouter seulement les communicants qui veulent saccager les services publics bah... à partir du moment ou tu prends les 25 meilleures années, c'est mathématiquement mieux que de prendre l'ensemble, non?
  14. Il y aura probablement des gens, qui ont travaillé toute leur vie pour rien gagner, qui en bénéfiecieront, tant mieux, mais pour l'ensemble, notamment pour les plus précaires, c'est une régression systèmique. C'est une connerie que ce soit différent. Mais comme l'a dit FPIV, c'est que dans le public, ils se sont battu pour garder leurs droits. Parce qu'ils ont pu, parce que c'est plus simple de faire grève car il y a un statut. Mais c'est ça qu'il faut défendre et étendre, pas aligner au plus précaire. un salarié de la SNCF cotise bien plus que toi, depuis toujours. Mais bon focaliser tout cela autour de ce cas là (pourquoi on parle pas des danseurs de l'opéra de Pairs, de la Banque de France, d'ailleurs?) pour faire passer une regression des droits de tous, c'est vraiment débile. En quoi c'est un argument en fait? Tout le monde est pour une réforme. Tout le monde pense qu'il faut un système universel, mais qui prend en compte la précarité. Et on a pas parlé de l^âge de départ : une caissière peut partir aujourd'hui a taux plein à 62 piges. Elle est au chomage depuis 2 ans, comme de plus en plus de monde, mais c'est pas grave : on prend ses 25 meilleures années. Avec la réforme (telle que prévu par le rapport, j'ai pas encore écouté ce qu'a dit philippe hier), elle peut toujours partir à 62, mais sera pénalisée de 5% par an avant l'age pivot (genre 64 ans, donc pénalisée de 10%). Bon, du coup, elle va rester au chomage 2 ans de plus - au mieux trouver du taf 2 ans de plus- pour toucher une retraite qui prendra en compte ses années de chomage dans le calcul. Le cadre qui palpe, ou le prof frontalier en Suisse, lui, il pourra partir OKLM à 62, il s'en branle de la décote, il a assez mis de côté. Ca peut servir d'écouter les arguments de ceux qui s'opposent plutot que les communicants du gouvernement ou de France2/BFMTV https://www.humanite.fr/le-projet-macron-delevoye-decrypte-point-par-point-681307 D'ailleurs le traitement médiatique est honteux, acrimed s'est amusé à compter le temps consacré aux différents sujet du 1 au 5 décembre, j'ai plus les chiffres en tête, mais ça parle quasiment pas de la réforme, mais massivement du blocage des grève et le service public n'est pas épargné par ce lavage de cervelle. quelle fourmilière? le système par répartition qui fait qu'on a le plus petit taux de pauvreté au monde chez les retraités? les quelques pourcentages de régimes spéciaux sur lequel l'hystérie collective est accablante? On parle d'une réforme qui va toucher tout le monde là... Ta première phrase, c'est un argument? Moi je trouve hallucinant alors que jamais dans l'histoire les inégalités n'ont été aussi fortes, on applaudisse encore des réformes qui visent à les creuser encore. On atteint un degré de bétise, ça m'accable. quant au coup de pied dans la fourmilière, les bras m'en tombent. En quoi c'est bien de saccager un truc sans se soucier de ce qui est mis en place derrière, juste pour le principe du saccage?
×
×
  • Create New...