Aller au contenu

Bernd

Membres
  • Compteur de contenus

    211
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Bernd

  • Date de naissance 25/08/1963

Profile Information

  • Club
    Toulouse

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  1. A propos du site AllezTFC.Com ...

    A-t-on des nouvelles de les.violets.com et tfc.info, hors service cet après midi?
  2. Le nouveau Stade

    Une question: Je vois que plusieurs ville ont commencé la rénovation de leur stade pour l'Euro 2016, que ce passe-t-il a Toulouse, quand attaque-t-on les travaux???
  3. [Départ officiel] Xavier Pentecôte

    tout à fait d'accord avec toi Vincent à part que pour moi Pentecôte est meilleur que Rivière. il n'y a qu'a voir sa rentree contre Dijon, il nous fait gagner le match.....D'ailleurs ce soir on n'a plus Pentecôte pour remonter le score....
  4. Parkage à Paris

    Merci les gars, j'ai au moins ma ville de naissance sur la carte d'identité, ça devrait passer.
  5. Parkage à Paris

    Bonjour à tous, Je n'ai pas l'habitude d'aller dans les parkages visiteurs, je vie dans la région Parisienne, toulousain de naissance. Est ce obligatoire de présenter une carte d'identité avec adresse à Toulouse pour avoir une place dans le parkage?? Merci d'avance de vos renseignements
  6. Jean-Joël Perrier Doumbé

    On parlait pour perrier Doumbé du premier transfert électronique, mais je crois que ça va être aussi un nouveau transfert virtuel .... Cela m'étonnerait beaucoup qu'àprès la trêve Casa le fasse jouer, il va récupérer Cetto, les autres défenseurs seront reposés... POURQUOI L'AS T-ON RECRUTE MR Casanova??? Pour remplacer Larssen sur le banc?? alors qu'on a bien besoin d'attanquants.............. Difficile à comprendre??
  7. Vos messages de soutien pour Brice et sa famille

    Mes plus sincères condoléances à sa famille.
  8. Le topic de l'Europa League

    Avez vous vu dans l'article Depeche du jour: Attention ! comme tout le stade n'est pas ouvert totalement, nous ne pouvons conserver les places habituelles des abonnés.. Donc on part déja battu au niveau public, même avant l'ouverture de la location on ne prévoit pas l'ouverture du Stadium en entier!!
  9. Revue de Presse Saison 2009-2010

    Dans L'indépendant: L'INDEPENDANT Des buts et des promesses Toulouse et Montpellier se sont neutralisés (2-2) hier en match amical à Limoux. Devant 3 000 spectateurs, les deux équipes ont disputé une partie plaisante à deux semaines de la reprise de la Ligue 1. Le match Au coup d'envoi, le TFC alignait une équipe assez hybride autour d'éléments placés sur la liste des transferts, de quelques recrues et du seul André-Pierre Gignac en pointe. L'international tricolore, convoité par Lyon, a d'abord essuyé des coups de la charnière des Balkans formée par Dzodic et Spahic avant de changer de chaussures durant... trois minutes. Le temps pour Montpellier de s'offrir une première occasion grâce à Dernis dont la demi-volée était difficilement repoussée par Olivier Blondel (12 e ). A l'image de son buteur, le TFC entrait ensuite dans le match. Paulo Machado trouvait la transversale sur un coup-franc enroulé (18 e ). A la demie heure, un lob de Gignac finissait à son tour sur le poteau droit de Jourden. Inexistants en attaque, les Héraultais s'en remettaient une nouvelle fois à la frappe de Dernis sur laquelle Blondel boxait le ballon (41 e ). La seconde période était davantage animée. Faisant partie des vainqueurs de la Gambardella avec le MHSC, Younes Belhanda ouvrait la marque d'une superbe frappe de plus de 20 m (1-0, 50 e ). Sous les yeux d'un "scout" d'Arsenal, Gignac ratait deux fois le cadre avant de laisser sa place à l'heure de jeu. L'égalisation sera signée Albin Ebondo sur un coup franc des 25 mètres (1-1, 64 e ). Montpellier n'abdiquait pas et Alberto Costa répliquait, toujours sur coup franc, en logeant le ballon en pleine lucarne (1-2, 70 e ). Les Violets ne baissaient pas les bras et sur une longue ouverture d'Etienne Didot, Xavier Pentecôte déviait le ballon pour Daniel Braaten dont la reprise terminait sous la barre de Jourden (2-2, 84 e ). Les joueurs Côté toulousain, Alain Casanova avait décidé de faire débuter plusieurs joueurs dits de compléments. Placé sur le flanc droit, Antoine Devaux a rapidement disparu de la circulation. En défense centrale, l'ex-Palois Danny Nounkeu a rarement été mis en difficulté tandis que, dans l'entrejeu, Paulo Machado a étalé sa vista sur les coups de pied arrêtés. Dans les buts, Olivier Blondel a montré quelques limites pour prétendre à suppléer Yohann Pelé, blessé et absent pour au moins un mois. Enfin, même s'il n'a pas trouvé les filets, Gignac a affiché tout son professionnalisme tandis que Didot s'affirma en patron. A Montpellier, Cyril Jeunechamp, Romain Pitau et Geoffrey Dernis, recrutés pour leur expérience, n'ont pas déçu. Avec une mention spéciale pour l'ancien Stéphanois, l'homme le plus dangereux pour le MHSC durant la première mi-temps. Derrière, Emir Spahic a parfois compensé son manque de vivacité par une certaine rugosité. Mais le capitaine de la sélection bosniaque devrait être un gage de sécurité pour le promu. Tout comme Costa parti pour être le "Juninho" de la Mosson. En revanche, un avant-centre confirmé ne serait peut-être pas un luxe pour la bande à "Loulou". Fabrice Voné _______ Ce Montpellier tient le choc ! Si c’était un test, il est réussi. Hier soir, Montpellier Hérault SC a fait match nul face à Toulouse, 2-2. Rien, dans les oracles, ne prédisait forcément que le promu montpelliérain tiendrait en échec une équipe de Toulouse auréolée d’un succès sur le champion de France Bordeaux. Surtout avec deux buts de la plus pure orfèvrerie. De quoi inciter le vieux stade de l’Aiguille de Limoux à changer de religion et à délaisser l’église du XIII. A trois jours d’un match à Clermont qui permettra à d’autres joueurs d’avoir du temps de jeu, les conclusions hâtives restent sujettes à caution sur la formule utilisée par René Girard. Sans doute s’était-il privé de Costa, d’entrée, pour se préparer à l’absence de l’Argentin, suspendu pour le premier match de L1 contre le PSG. Mais Costa ne paraît jamais aussi indispensable que lorsqu’il n’est pas là. Notamment sur les coups de pieds arrêtés, secteur que Montpellier géra plus qu’il ne l’exploita. Jusqu’à l’entrée de l’Argentin et à son coup de patte gauche, plein axe, dans la lucarne gauche (70e). Ce secteur s'avérera à l’évidence vital. Surtout dans un système en 4-1-4-1 où Montpellier peine parfois à trouver de la profondeur. Avec Pitau dans le rôle de plaque tournante devant la défense, Camara esseulé en pointe, Dernis et Montano exilés dans les couloirs, le MHSC parvint rarement à pénétrer dans la surface de vérité. Face à des Toulousains jouant par à-coups, les protégés de René Girard dégagèrent une impression de solidité et de cohérence. On sortira de l’ensemble l’apport des recrues : la solidité défensive et la facilité technique d’Emir Spahic, auteur de deux interventions décisives dans les pieds de Gignac (3e et 8e) ; l’activité de Pitau au milieu et la vista de Geoffrey Dernis, auteur des deux frappes lointaines qui obligèrent Blondel à s’employer (12e et 41e). En face, Gignac vendangea les occasions de faire parler sa puissance. Deux lobs dont un sur le poteau (30e), un but refusé pour une charge sur Jourdren après un coup franc de Machado sur la barre (19e) et une volée excentrée juste au-dessus (61e). Du Gignac un peu désabusé et peut-être tourné vers Lyon… Dans une deuxième mi-temps débridée par les changements en cascade, le jeune Belhanda ne s’est pas posé de question. Auteur d’une frappe à ras de terre de 25 m et d’un magistral poteau rentrant, la petite perle pailladine a marqué par son culot. Ebondo, d’un coup franc tendu de 25 m (64e) puis Braaten, à la réception d’une longue ouverture de Didot (84e), ont répondu aux deux bijoux montpelliérains. Manière pour Toulouse de sortir la tête haute. Et pour Montpellier de se souvenir que la Ligue 1 ne pardonnera aucun oubli… Richard GOUGIS
  10. Paulo Machado

    Je pense qu'en faisant venir un autre "petit" technicien au milieu, Casanova avait une idée "Espagne/Barça" derrière la tête. On avait déja Xavi (Didot), maintenant on a Iniesta (Machado), si on a de la chance aussi Henry (Luan)?? pas mal non
  11. Trophées UNFP 08/09

    Voila les gagnants trophées de l'unfp. A part Gignac, c'est le désert pour nous: Site Canal Lauréats trophés unfp LA PALME POUR GOURCUFF LE 24/05/09 À 19H08 Yoann Gourcuff a été désigné par ses pairs meilleur joueur de Ligue 1, dimanche, lors de la cérémonie annuelle des trophées UNFP. Une juste récompense vu l'importance de l'international français dans le dispositif des Girondins. Le milieu de terrain bordelais a aussi reçu les lauriers du plus beau but de la saison. Eric Gerets (entraîneur, Marseille), Eden Hazard (espoir, Lille) et Hugo Lloris (gardien, Lyon) ont été à l'honneur. La fin de saison en boulet de canon de Bordeaux, qui reste sur dix victoires de suite en Ligue 1, n'est pas un hasard. Si les Girondins comptent trois ponts d'avance sur l'Olympique de Marseille avant la dernière journée, ils le doivent en grande partie à Yoann Gourcuff. Bien sûr, résumer un travail collectif à un seul homme est réducteur. Mais vu l'impact du milieu de terrain français sur le jeu des Bordelais, le titre de meilleur joueur du championnat cette saison, voulu par ses pairs et remis dimanche lors de la cérémonie annuelle des trophées UNFP, n'est pas volé. Comme pour mieux illustrer l'exercice sans fausse note de celui qui appartient toujours à l'AC Milan, c'est l'un de ses buts qui a été désigné comme étant le plus beau en 2008-09, avec 47% des votes. Petit rappel des faits: 11 janvier 2009, 20e journée, Bordeaux reçoit le Paris Saint-Germain au stade Chaban-Delmas. Et alors que le match est plié, Yoann Gourcuff se présente devant la défense parisienne. Une roulette et un double contact sur Sammy Traoré plus tard, il exécute Mickaël Landreau d'un pointu du pied droit. "Dans ce genre de situations, ça va très vite. On essaie de se défaire du marquage, avec de la réussite, ça a marché pour moi", a-t-il réagi sur le plateau de Canal+. Gourcuff: "Moi, j'aimerais bien rester" Malgré ses vingt-quatre buts, André-Pierre Gignac (Toulouse) n'a pas fait le poids. Stéphane Sessegnon (PSG) et Michel Bastos (Lille) non plus. "C'est un grand honneur, je suis fier de recevoir ce trophée, a-t-il ajouté. Je tiens à remercier mon coach, Laurent Blanc, qui m'a fait venir ici. Sa philosophie de jeu a fait que je suis arrivé à m'épanouir ici. J'ai la chance de pouvoir évoluer dans un groupe sain, il y a un super état d'esprit. Je tiens aussi à féliciter Michel Bastos, André-Pierre Gignac et Stéphane Sessegnon pour leur saison." Reste à savoir désormais si les dirigeants girondins, qui peuvent lever l'option d'achat fixée par les Milanais, le retiendront à tout prix. Auteur cette saison de douze buts et dix passes décisives, dont la dernière la veille contre Monaco (1-0), sur un coup franc repris de la tête par Marouane Chamakh, le jeune stratège bordelais assure vouloir rester au Haillan un an de plus: "J'ai pris beaucoup de plaisir cette saison. Moi, j'aimerais bien rester. Mais dans le football tout peut arriver, les gens qui s'occupent de moi sont en train de voir ça avec les dirigeants de Bordeaux." Sous les yeux d'un certain Zinedine Zidane, qu'il appelle sagement "Monsieur" et dont il s'est notamment inspiré dans sa façon de manier le ballon, l'ancien Rennais n'a voulu fâcher personne. Pourtant l'ancien n°10 des Bleus le sait: "Il sera obligé de partir un jour." Le palmarès des Trophées UNFP Ligue 1 Meilleur joueur: Yoann Gourcuff (Bordeaux) Meilleur entraîneur: Eric Gerets (Marseille) Meilleur gardien: Hugo Lloris (Lyon) Meilleur espoir: Eden Hazard (Lille) Plus beau but de la saison: Yoann Gourcuff (Bordeaux) Equipe-type: Hugo Lloris (Lyon) Rod Fanni (Rennes), Souleymane Diawara (Bordeaux), Vitorino Hilton (Marseille), Taye Taiwo (Marseille) Benoît Cheyrou (Marseille), Stéphane Sessegnon (Paris Saint-Germain), Michel Bastos (Lille), Yoann Gourcuff (Bordeaux) André-Pierre Gignac (Toulouse), Guillaume Hoarau (Paris Saint-Germain) Ligue 2 Meilleur joueur: Paul Alo'o Efoulou (Angers) Meilleur entraîneur: Philippe Montanier (Boulogne-sur-Mer) Meilleur gardien: Vedran Runje (Lens) Equipe-type: Vedran Runje (Lens) Yohan Demont (Lens), Eric Chelle (Lens), Laurent Koscielny (Tours), Marco Ramos (Lens) Bocundji Ca (Tours), Renaud Cohade (Strasbourg), Victor Montano (Montpellier), Alberto Costa (Montpellier) Grégory Thil (Boulogne), Paul Alo'o Efoulou (Angers).
  12. Tu peux avoir acces à eurosport par leur player sur le net. Cela coute 490 par mois.
  13. Alain Casanova

    Casanova....................... N'avait-il pas promis en début de saison un jeu plus offensif??? Résultat on est de plus en plus défensifs et incapables de marquer des buts, c'est sur qu'il ne vaut mieux pas en prendre quand Gignac n'a pas de chance.................. C'est pas du football ce que l'on voit, quand on a la possibilité de faire un milieu technique avec Didot et Bonnet et qu'on a Pentecôte et Larsen en réserve................ IL FAUT PRENDRE UN PEU PLUS DE RISQUES MR Casanova, BAUP était SUPER OFFENSIF A COTE DE VOUS... LE CLASSEMENT N EXCUSE PAS TOUT, VOUS VIDEZ LE STADIUM. Qu'en pensez vous?
  14. [Pré-saison 2008] Matches amicaux et préparation

    voila un link avec des images du match OMTV
  15. Revue de Presse Saison 2006-2007

    Voila l article de la Voix du Nord: Le link La Voix du Nord - 17/09/2006 LILLE - TOULOUSE Pour le LOSC, ça na pas tourné dans le bon sens, hier soir Hier soir, au Stadium, les Lillois se sont inclinés contre Toulouse. Ils ont payé cher leur mauvaise première mi-temps puis leur manque defficacité. Ils nétaient pas non plus en réussite. PAR OLIVIER FOSSEUX sports@lavoixdunord.fr PHOTO STÉPHANE MORTAGNE La première surprise de ce Lille - Toulouse est intervenue à la lecture de la feuille de match. Claude Puel déjoua les pronostics en lançant son premier « turnover » de la saison. Il na pas attendu le déplacement de mardi à Istres en coupe de la Ligue. Sept changements avaient été effectués par rapport au onze de départ à Anderlecht. Un Mathieu peut ainsi en cacher un autre. Si Bodmer nétait même pas sur la feuille de match, Robail faisait, lui, la première apparition de sa carrière en Ligue 1. Une seconde surprise, de taille également, attendait les Lillois. Élie Baup nétait pas venu dans le Nord pour défendre mais bel et bien pour faire un résultat. Coup franc dans le paquet Ainsi, Elmander était épaulé par Bergougnoux et Mansaré en attaque. Et Fabinho était particulièrement bien en jambes. Malgré cette donne, le LOSC entra plutôt bien en matière. Un centre de Youla passa entre les jambes de Gygax, seul aux six mètrès (2e). Dans le même genre, Youla nexploita pas une offrande de Dumont (8e). Lille pressait haut et se créa sa plus belle occasion à lapproche du quart dheure de jeu. Un coup franc dans le paquet de Cabaye fut effleuré par le crâne de Dieuze, ce qui obligea Douchez à une magnifique parade. La machine nordiste senraya pourtant en quelques secondes. Le grain de sable sappelait Elmander. Lattaquant toulousain séchappa sur le côté droit pour servir Fabinho (0-1, 16e). La première action du TFC était payante et le LOSC perdit son football. Un dégagement raté de Tafforeau permit à Fabinho et Elmander de partir en contre. Rafael sen sortit du bout du pied (23e). Le défenseur central ne put que constater les dégâts sur une nouvelle action simple et limpide que conclut Emana (0-2, 26e). Les hommes de Baup avaient le match bien en main. Le LOSC réduisit certes le score sur un coup de tête signé Tavlaridis (1-2, 34e). Un espoir qui fut de courte durée car la défense lilloise était constamment en retard. Fabinho en profita pour redonner un peu dair aux siens avant la pause (1-3, 39e). Dun pas décidé et le regard noir, Claude Puel fonça dans le vestiaire dès le coup de sifflet de M. Moulin. Une attitude qui annonçait du changement. Peter Odemwingie et Kader Keita firent leur rentrée. Et demblée, la défense toulousaine fut sollicitée. Le LOSC se procura cinq occasions nettes (Odemwingie, 48 e, 56e, 57e et Keita, 57e). Il y eut notamment celle de Fauvergue conclue en but mais refusée pour un hors-jeu très limite (51e). Décidément, quand ça ne veut pas rouler dans le bon sens... M. Moulin se mit donc le public à dos, et les Lillois qui montrèrent des signes anormaux de nervosité. À treize minutes de la fin, un second but fut refusé à Fauvergue. Encore une fois, il était très difficile de se prononcer. Mais les Lillois en perdirent leur concentration... puis le match.t
×