Aller au contenu

Louvin

Membres
  • Compteur de contenus

    917
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Information

  • Genre
    Male

Visiteurs récents du profil

5 302 visualisations du profil
  1. Andy Delort

    On va avoir Delort en 10 et Toivonen en avant centre - c'était improbable quand même...
  2. TFC - FC Girondins de Bordeaux / 8è de finale de la CDL

    Oui je suis d'accord par contre je ne sais pas trop comment l'arbitre le voit. C'est l'avantage de Jean ou de Gradel, ils n'hésitent pas à renter dans la surface et ils sont légers. Objectivement, si on recense no 5 pénos, à part celui de Lille qui est fantaisiste, les autres y sont. On va provoquer dans la surfacen avec des brindilles (Elmander ne serait jamais tombé lui...), les adversaires font des fautes, c'est logique
  3. Pascal Dupraz

    Un but c'est autant qu'Ahamada effectivement
  4. Pascal Dupraz

    Non bien sur que non. Mais ça oui Dupraz exige du temps pour retaper le corps d’un Sanogo ou la tête d’un Imbula. Mais les années perdues dans le sport de haut niveau ne se rattrapent presque jamais. Le premier n’est que le fantôme de l’avant-centre racé entraperçu à Auxerre, le second garde juste l’élégance et la tête haute du beau milieu de terrain qu’il a été le temps d’un battement de cils à l’échelle d’une carrière. Arrivé il y a presque un an, Corentin Jean attend, lui, d’égaler Ali Ahmada au classement des buteurs du club. Alors l’éternel espoir avale des kilomètres dans le vide pour faire oublier que son transfert définitif depuis Monaco représente près de la moitié des sept millions investis cet été. Les autres ? Delort râle contre les ballons qui n’arrivent pas et fonce tête baissée le reste du temps, Toivonen est le premier Suédois En Marche, Gradel un corps toujours au bord de la rechute et Cahuzac un leader aphone depuis le banc de touche et ca aussi Pas dégueulasse cet effectif ? Peut-être. Comme celui du RC Lens en 2008 parti dans la charrette malgré Rémy, Dindane, Monterrubio ou Hilton ou celui de Monaco trois ans plus tard avec Nkoulou, Diarra, Feindouno ou Ruffier. Alors oui, on a le droit de douter d’une équipe où certains sont de passage comme en cure à Merano, qui se croit trop talentueuse pour être laborieuse et dont la suffisance ne suffit pas pour rivaliser dans un championnat qui préfère récompenser la vaillance d'Amiens, Dijon ou Strasbourg J'en changerai pas une ligne. Encore une fois, Dupraz a plein de défauts et en particulier celui d'avoir recruté cet effectif là et je salue la letrere pleine d'ironie et de finesse des Indians. Après, cet article exprime très largement l'opinion que certains ici, dont je fais partie, ont sur le manque de consistance de cet effectif. Dupraz est un peu le paratonnerre de cette frustration-là.
  5. Pascal Dupraz

    La charge me paraît plus sur un effectif dont le journaliste explique en filigrane qu'il est plus faible qu'il n"en a l'air (Jean qui attend de rejoindre Ahamada au classement des buteurs du club, même si c'est faux, ça m'a fait rire) avec ses joueurs en cristal et ces types qui n'assument pas leur prétendu niveau (il parle de suffisance ,c'est clair) que sur Dupraz. Moi je ne parierai sur rien concernant Dupraz. On a trois marches intéressants à jouer en 10 jours. Il peut se passer plein de trucs, comme plonger dans la zone de rélégation ou aller en quarts de CDL et remonter au milieu de tableau. ca peut tanguer, ça peut aussi repartir, c'est ça qui est passionant.
  6. Lille OSC 1 - TFC 0 / 16è journée de L1

    C'est surtout un effectif mentalement faible et sans consistance, dont la plupart des présumés leader se chient dessus mentalement quand les événements sont défavorables, ce qui a des conséquences sur leur capacité à être lucide ou à réaliser des gestes décisifs. Ensuite sur les capacités de footballeur, beaucoup d'entre eux restent sur des échecs et les les ont en définitive pas surmontés et . ils sont faibles pour des raisons différentes: Imbula ne court pas et ne va pas au duel, Jean et Delort y vont mais de manière désordonnée et imprécise (Jean est par ailleurs un joueur assez surcoté dont le poste de prédilection est totalement indéfini) , Durmaz est en cristal, Toivonen s'investit dans un match sur cinq (et de préférence ceux avec un maillot jaune) Et il ne faut pas jouer de la flûte sur PD le grand manipulateur r, ce recrutement c'est de la faute de Dupraz , c'est lui qui a voulu ces joueurs dans l'ensemble donc sa responsabilité est totale. C'est effectivement dans le recrutement qu'on s'est (encore une fois) plantés, de manière certes différente qu'à l'époque serbe, mais plantés quand même Si on veut comparer, Dijon revient deux fois sur Bordeaux et les bat au final, Strasbourg tient dix minutes d'arrêt de jeu face au PSG, Caen ou Nantes gagne souvent ses matches 1à O. mentalement ce sont des effectifs nettement plus solides, oui, en tt cas en ce moment
  7. Lille OSC 1 - TFC 0 / 16è journée de L1

    C'est de la zone non? On n'est pas les seuls à faire ça, on demande aux joueurs d'occuper une partie de la surface et de s'y imposer défensivement. Le problème de ce système c'est quand l'adversaire à coté de toi fait un appel latéral (pour se rapprocher du tireur) est que le défenseur ne sait pas s'il doit suivre ou rester dans sa zone. mais bon c'est un problème pour tout le monde
  8. Pascal Dupraz

    Durmaz qui en a loupé un trois jours avant quand même... Non,; les penaltys ratés sont la faute exclusive des joueurs (probablement les seuls points sur lesquels la faute leur est entièrement imputable). ils sont tous, à des degrés divers et selon des modalités variables , mal tirés et ce n'est pas parce que Dupraz crie sur ces pauvres chéris. Ils le sont parce que si les joueurs sont probablement de bons artistes de cirque avec un ballon, ce ne sont pas de bons joueurs de foot : ce ne sont pas des mecs avec suffisamment de qualités mentale, de maîtrise des affects, et de contrôle de l’environnement pour mettre le but décisif quand il faut le mettre at qu'on vous en offre pour la troisième fois de suite l'occasion...
  9. Pascal Dupraz

    Les résultats ca fait trois ans qu'ils sont dégueulasses et qu'on finit soit dans le dernier quart du tableau soit juste au dessus. Dupraz est juste aussi rincé que Casanova sur la fin ou Arribagé (tout le temps). Moi aussi je milite son départ parce qu'il a insisté pour recruter une sacré bande de peintres et qu'il est infoutu de les faire jouer ensemble (et par ailleurs on n'est affreusement pas vernis en ce moment). mais soyons sérieux. Croire que le départ de Dupraz est la solution est une blague. On arrivera peut etre à ripoliner le club comme Dupraz l'a fait provisoirement (ou pas : dans ce cas on descendra) mais les problèmes sont structurels et seuls l'aveuglement de certain les empeche de les voir.
  10. Le Président Sadran

    Un club, c'est une entreprise ou une asociation mais c'est aussi des supporters, une ville, un environnement au sein duquel un club s'inscrit est est partie prenante. C'est tioujours plus qu'un propriétaire ou des actionnaires, si important soit-il. Il ne veut pas parler, il a tort, aussi bien sur le plan des principes que sur le fond. on a déjà fait le débat, c'est certain et j'ai toujours pensé que son manque de rézactivité et d'implication quotidienne pénalisait le club.
  11. Pascal Dupraz

    Pas grand chose à ajouter. - le club décline lentement depuis plusieurs années, s'est miraculeusement sauvé en 2016 mais a des problèmes de fond (d'attractivité , de compétences, d'implication) qui fond qu'à court terme (1-3) ans la descente est probable. - les joueurs sont faibles sur le plan technique et de l'implication et sur le plan mental on a une faiblesse structurelle qui n'a jamais été résolue. C'en est presque bizarre, même Cahuzac est contaminé. Ce n'est pas un hasard si on a assisté au même match en termes de scenario que Rennes 2016. C"'en est même révélateur. les faiblesses ne sont pas que celles de Dupraz, ce sont celles du TFC, du président au public en passant par la cellule de recrutement - Dupraz a su pendant trois mois les galvaniser mais maintenant ne sait plus les prendre et perd les pédales comme on peut le faire avec ses gosses quand on sent qu'ils partent en vrille et vous échappent. Que les joueurs soient incapables de faire face à leurs réalités de pros en termes de motivation et de travail est en soi aussi désolant que les gueulantes du coach; - Ce club ramollit tout le monde et annihile avec le temps toute volonté de lui faire passer un cap au delà de jouer la 13-17ème place, qui est notre lot depuis 3 ans. le risque c'est de ne plus avoir assez de marge pour être effectivement dans cet intervalle et pas en-dessous.
  12. Pascal Dupraz

    J'attends avec intérêt les performances de nos joueurs de qualité avec un autre entraineur qui leur fera des câlins... La réalité c'est qu'on s'est trompé sur pas mal de noms (Jean Imbula je suis d'accord et il suffit d'une blessure de Moubandjé, sur qui tout le monde crie, pour s'apercevoir qu'on n'a pas d'autre arrière gauche). Je suis le premier à reprocher à Dupraz son manque de culture tactique et ses difficultés à résoudre les problèmes en cours de match posés à l'équipe (par manque cruel de capacité d'adaptation : c'est un problème récurrent chez nos techniciens) mais faut pas déconner : si on est mauvais, c'est pas parce que Dupraz leur crie dessus. Le problème qu'ona connu à DijonDijon, ce n'est pas le manque d'initiative personnelle de nos attaquants - et en général ils ont plus tendance à trop en faire que pas assez, avec générosité mais pas toujours lucidement, comme Delors - mais bien plutôt leur manque d'engagement défensif, le manque de mobilité et les espaces entre les lignes- et ça c'est de leur faute
  13. Dijon FCO 3 - TFC 1 / 14è journée de L1

    Bodiger sur le troisième but, c'est plus en retard qu'il est c'est en décalage horaire...
  14. Pascal Dupraz

    C'est pas une question d'autobus, il faut éviter d'avoir 30 m entre chaque ligne et d'avoir à la perte de balle 5 joueurs devant le ballon dont un sur deux fait le retour défensif. J'imagine que Dupraz leur demande (voire leur apprends) à resserrer les lignes, à occuper des zones et à compenser (Cahuzac le fait). Hier l'incapacité des joueurs à faire ce travail était flagrante -et oui il y a de quoi être en colère contre eux. Si Dijon a été meilleur que nous, c'est parce qu'ils sont proches les uns des autres et compacts et du coup les gestes techniques sont plus simples -et de plus la dynamique est là.
  15. Dijon FCO 3 - TFC 1 / 14è journée de L1

    Pour moi, ce match relève d'une paresse intellectuelle de l’entraîneur. Il ne cherche pas les solutions pour contrer ;l'adversaire, il veut mourir avec les idées qu'il a conceptualisée lors du mercato. Il a un coté Hollande - la roue va tourner un jour, sauf qu'elle ne tourne pas. On joue toujours le même 4-4-2 avec des joueurs sur les cotés d'ont l’investissement défensif est fluctuant (Gradel est assez honteux de ce point de vue là) et on envoie des brindilles ou des feignants (aujourd’hui on a eu les brindilles) pour boucher les trous au milieu. Le pressing offensif des attaquants est mou, quand il y en a. On est bouffés sur l'occupation des espaces, on n'est absolument pas compact. Les défenseurs prennent tout le poids du pressing adverse et semblent à la ramasse dans chacune de leurs interventions. C'était horrible défensivement aujourd'hui, comme contre Nantes Le seul match (que j'ai vu) où on a été cohérent et on a joué avec un bloc equipe assez solide, c'est la 2eme mi temps contre Amiens. ce 4-3-3 était compact, permettait de boucher les espaces et de nous projeter rapidement vers l'avant (ce qu'on fait du ballon après est une autres histoire). On ne l'a plus revu
×