Jump to content

Topic Histoire


Recommended Posts

Je sais qu'il y a dans ce forum de nombreux brillants historiens :ninja:

Je commence par le brillant Président Félix Faure!

Félix Faure (Paris, 30 janvier 1841 - Palais de l'Élysée, Paris, 16 février 1899) est un homme politique français, président de la République française (17 janvier 1895 - 16 février 1899) sous la Troisième République.

Félix Faure, dont on a dit qu'il était plus célèbre par sa mort que par sa vie, mourut accidentellement au palais de l'Élysée le 16 février 1899. Ce décès brusque et mystérieux fit naître la rumeur selon laquelle il serait mort « dans les bras » d'une jeune femme. On raconte que le médecin qui arriva à son chevet demanda : « Le Président a-t-il toujours sa connaissance ? ». Un domestique lui répondit : « Non, on l'a fait sortir par derrière ».

L'on apprit dix ans plus tard que la femme en question était une demi-mondaine, l'admirable Marguerite Steinheil qui fut surnommée la « Pompe Funèbre ». Clemenceau aurait dit de lui (mot rapporté sous diverses formes) : « Il voulait être César, hélas, il ne fut que Pompée », allusion au goût du président pour le faste dont les satiristes de l'époque avaient coutume de se moquer.

Une vraie star! :thumb:

Edited by Mister Yellow
Link to comment
Je sais qu'il y a dans ce forum de nombreux brillants historiens  :ninja:

Je commence par le brillant Président Félix Faure!

Félix Faure (Paris, 30 janvier 1841 - Palais de l'Élysée, Paris, 16 février 1899) est un homme politique français, président de la République française (17 janvier 1895 - 16 février 1899) sous la Troisième République.

Félix Faure, dont on a dit qu'il était plus célèbre par sa mort que par sa vie, mourut accidentellement au palais de l'Élysée le 16 février 1899. Ce décès brusque et mystérieux fit naître la rumeur selon laquelle il serait mort « dans les bras » d'une jeune femme. On raconte que le médecin qui arriva à son chevet demanda : « Le Président a-t-il toujours sa connaissance ? ». Un domestique lui répondit : « Non, on l'a fait sortir par derrière ».

L'on apprit dix ans plus tard que la femme en question était une demi-mondaine, l'admirable Marguerite Steinheil qui fut surnommée la « Pompe Funèbre ». Clemenceau aurait dit de lui (mot rapporté sous diverses formes) : « Il voulait être César, hélas, il ne fut que Pompée », allusion au goût du président pour le faste dont les satiristes de l'époque avaient coutume de se moquer.

Une vraie star!  :thumb:

<{POST_SNAPBACK}>

Pour une fois qu'on était en avance sur les américains :thumb:

Link to comment

Encore une star :ninja:

Paul Deschanel est un homme d'État français, né le 13 février 1855 à Schaerbeek (Bruxelles, Belgique), mort le 28 avril 1922 à Paris, dont la carrière culmina avec son mandat de président de la République française, du 18 février au 21 septembre 1920, sous la Troisième République.

Il fut aussi homme de lettres et élu à l'Académie française le 18 mai 1899.

Paul Deschanel est resté dans l'Histoire pour les troubles mentaux, peut-être consécutifs à une grande fatigue émotionnelle, qui le frappèrent durant son mandat.

La chute hors du train

Au cours d'un voyage en train à destination de Montbrison, le 19 mai 1920 vers 23 h 15, s'étant penché par la fenêtre de son compartiment alors qu'il éprouvait une sensation d'étouffement, Paul Deschanel chuta accidentellement hors du wagon. Heureusement, le convoi circulait à ce moment-là à relativement faible allure (50 km/h) dans une zone de travaux à Mignerette (dans le Loiret, à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de Montargis).

Tout ensanglanté - en dépit du caractère bénin de ses blessures -, relativement hébété et vêtu de son seul pyjama, Paul Deschanel ne tarda pas à rencontrer André Radeau, ouvrier cheminot qui surveillait la zone de travaux, et auquel il se présenta comme étant le président de la République. L'image des hommes publics étant à l'époque encore peu diffusée dans la population, le cheminot se montra sceptique pensant à première vue avoir affaire à un ivrogne mais le conduisit néanmoins jusqu'à une maison de garde-barrière toute proche, où le blessé fut soigné et mis au lit par ses sauveteurs. Le garde-barrière, Gustave Dariot, impressionné par la dignité du blessé et la cohérence de ses explications, partit pendant ce temps prévenir la gendarmerie de Corbeilles.

La lenteur des communications entre les divers échelons fit que, malgré les faibles distances, le sous-préfet de Montargis, M. Lesueur, ne fut prévenu par télégramme que vers 5 heures du matin. L'incident commença à avoir un retentissement certain lorsque l'on s'aperçut, avant l'arrivée du train en gare de Roanne, vers 7 heures du matin, que le président de la République avait disparu du convoi. La suite présidentielle qui attendait sur le quai de la gare et qui était menée par Théodore Steeg (1868-1950), alors ministre de l'Intérieur, ne resta pas longtemps sans nouvelles. Il lui fut rapidement transmis le contenu d'une dépêche envoyée par la gare de Montargis à celle de Saint-Germain-des-Fossés (Allier) qui expliquait succinctement le déroulement des événements survenus dans la nuit.

L'incident donna évidemment lieu dans la presse de l'époque à de nombreuses caricatures, souvent cruelles, et inspira la verve des chansonniers. Tout le monde ne s'est toutefois pas laissé aller à broder de manière démesurée voire mensongère sur un incident certes curieux (et qui a frappé les esprits en raison de la notoriété de sa victime). Un « riverain » des lieux de l'accident a ainsi obtenu, plusieurs décennies plus tard, que soit apposée une stèle commémorative très sobre de l'incident, sans aucun élément de caricature, à proximité du passage à niveau et de l'ancienne maison de garde-barrière où avait été conduit Paul Deschanel après sa chute.

Autre incident

Le 10 septembre 1920, il descend à l'aube se promener dans le parc de l'Élysée, à demi-vêtu, discute quelques instants avec un jardinier puis entre jusqu'à mi-corps dans un bassin. Ramené dans ses appartements, il semble n'avoir conscience de rien.

:thumb:

Link to comment

Edme Patrice Maurice, comte de Mac-Mahon, plus couramment appelé Patrice de Mac-Mahon, duc de Magenta, prince de Solférino, né le 13 juillet 1808 à Sully (Saône-et-Loire), mort le 8 octobre 1893 au château de la Forêt, à Montcresson (Loiret), était maréchal de France et fut président de la République française du 24 mai 1873 au 30 janvier 1879.

Mac-Mahon est resté célèbre pour un certain nombre de déclarations, probablement pas toutes authentiques :

Lors de la guerre de Crimée qui opposait la France et l'Angleterre à la Russie, Mac Mahon prit la position de Malakoff. A un émissaire anglais qui lui conseillait de quitter la place, qu'il jugeait intenable, Mac Mahon a répondu, inventant la formule : "J'y suis, j'y reste"

En voyant des inondations qui frappèrent la ville de Toulouse en 1875 : « Que d'eau ! Que d'eau ! »

En passant des troupes en revue, après avoir été averti que l'un des soldats était d'origine africaine : « Ah c'est vous le nègre ? Très bien, continuez ! »

« La fièvre typhoïde est une maladie terrible. Ou on en meurt, ou on en reste idiot. Et je sais de quoi je parle, je l'ai eue. »

:ninja:

Link to comment
Je sais qu'il y a dans ce forum de nombreux brillants historiens  :ninja:

Je commence par le brillant Président Félix Faure!

Félix Faure (Paris, 30 janvier 1841 - Palais de l'Élysée, Paris, 16 février 1899) est un homme politique français, président de la République française (17 janvier 1895 - 16 février 1899) sous la Troisième République.

Félix Faure, dont on a dit qu'il était plus célèbre par sa mort que par sa vie, mourut accidentellement au palais de l'Élysée le 16 février 1899. Ce décès brusque et mystérieux fit naître la rumeur selon laquelle il serait mort « dans les bras » d'une jeune femme. On raconte que le médecin qui arriva à son chevet demanda : « Le Président a-t-il toujours sa connaissance ? ». Un domestique lui répondit : « Non, on l'a fait sortir par derrière ».

L'on apprit dix ans plus tard que la femme en question était une demi-mondaine, l'admirable Marguerite Steinheil qui fut surnommée la « Pompe Funèbre ». Clemenceau aurait dit de lui (mot rapporté sous diverses formes) : « Il voulait être César, hélas, il ne fut que Pompée », allusion au goût du président pour le faste dont les satiristes de l'époque avaient coutume de se moquer.

Une vraie star!  :lol2:

<{POST_SNAPBACK}>

Encore une star  :ninja:

Paul Deschanel est un homme d'État français, né le 13 février 1855 à Schaerbeek (Bruxelles, Belgique), mort le 28 avril 1922 à Paris, dont la carrière culmina avec son mandat de président de la République française, du 18 février au 21 septembre 1920, sous la Troisième République.

Il fut aussi homme de lettres et élu à l'Académie française le 18 mai 1899.

Paul Deschanel est resté dans l'Histoire pour les troubles mentaux, peut-être consécutifs à une grande fatigue émotionnelle, qui le frappèrent durant son mandat.

La chute hors du train

Au cours d'un voyage en train à destination de Montbrison, le 19 mai 1920 vers 23 h 15, s'étant penché par la fenêtre de son compartiment alors qu'il éprouvait une sensation d'étouffement, Paul Deschanel chuta accidentellement hors du wagon. Heureusement, le convoi circulait à ce moment-là à relativement faible allure (50 km/h) dans une zone de travaux à Mignerette (dans le Loiret, à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de Montargis).

Tout ensanglanté - en dépit du caractère bénin de ses blessures -, relativement hébété et vêtu de son seul pyjama, Paul Deschanel ne tarda pas à rencontrer André Radeau, ouvrier cheminot qui surveillait la zone de travaux, et auquel il se présenta comme étant le président de la République. L'image des hommes publics étant à l'époque encore peu diffusée dans la population, le cheminot se montra sceptique pensant à première vue avoir affaire à un ivrogne mais le conduisit néanmoins jusqu'à une maison de garde-barrière toute proche, où le blessé fut soigné et mis au lit par ses sauveteurs. Le garde-barrière, Gustave Dariot, impressionné par la dignité du blessé et la cohérence de ses explications, partit pendant ce temps prévenir la gendarmerie de Corbeilles.

La lenteur des communications entre les divers échelons fit que, malgré les faibles distances, le sous-préfet de Montargis, M. Lesueur, ne fut prévenu par télégramme que vers 5 heures du matin. L'incident commença à avoir un retentissement certain lorsque l'on s'aperçut, avant l'arrivée du train en gare de Roanne, vers 7 heures du matin, que le président de la République avait disparu du convoi. La suite présidentielle qui attendait sur le quai de la gare et qui était menée par Théodore Steeg (1868-1950), alors ministre de l'Intérieur, ne resta pas longtemps sans nouvelles. Il lui fut rapidement transmis le contenu d'une dépêche envoyée par la gare de Montargis à celle de Saint-Germain-des-Fossés (Allier) qui expliquait succinctement le déroulement des événements survenus dans la nuit.

L'incident donna évidemment lieu dans la presse de l'époque à de nombreuses caricatures, souvent cruelles, et inspira la verve des chansonniers. Tout le monde ne s'est toutefois pas laissé aller à broder de manière démesurée voire mensongère sur un incident certes curieux (et qui a frappé les esprits en raison de la notoriété de sa victime). Un « riverain » des lieux de l'accident a ainsi obtenu, plusieurs décennies plus tard, que soit apposée une stèle commémorative très sobre de l'incident, sans aucun élément de caricature, à proximité du passage à niveau et de l'ancienne maison de garde-barrière où avait été conduit Paul Deschanel après sa chute.

Autre incident

Le 10 septembre 1920, il descend à l'aube se promener dans le parc de l'Élysée, à demi-vêtu, discute quelques instants avec un jardinier puis entre jusqu'à mi-corps dans un bassin. Ramené dans ses appartements, il semble n'avoir conscience de rien.

:ninja:

<{POST_SNAPBACK}>

Edme Patrice Maurice, comte de Mac-Mahon, plus couramment appelé Patrice de Mac-Mahon, duc de Magenta, prince de Solférino, né le 13 juillet 1808 à Sully (Saône-et-Loire), mort le 8 octobre 1893 au château de la Forêt, à Montcresson (Loiret), était maréchal de France et fut président de la République française du 24 mai 1873 au 30 janvier 1879.

Mac-Mahon est resté célèbre pour un certain nombre de déclarations, probablement pas toutes authentiques :

Lors de la guerre de Crimée qui opposait la France et l'Angleterre à la Russie, Mac Mahon prit la position de Malakoff. A un émissaire anglais qui lui conseillait de quitter la place, qu'il jugeait intenable, Mac Mahon a répondu, inventant la formule : "J'y suis, j'y reste"

En voyant des inondations qui frappèrent la ville de Toulouse en 1875 : « Que d'eau ! Que d'eau ! »

En passant des troupes en revue, après avoir été averti que l'un des soldats était d'origine africaine : « Ah c'est vous le nègre ? Très bien, continuez ! »

« La fièvre typhoïde est une maladie terrible. Ou on en meurt, ou on en reste idiot. Et je sais de quoi je parle, je l'ai eue. »

:lolol:

<{POST_SNAPBACK}>

Eh bé on était bien dirigé avec ça tiens :shock::ninja:

Remarque quand on voit l'énergumène qu'on a comme président aujourd'hui... :wacko::ninja:

Link to comment

Déja j'suis pas fan du sous-titre de ce topic...

L'Histoire la grande n'est pas la vraie...

L'Histoire, communément appelée, la grande, c'est celle des grandes dates, des batailles célèbres, des personnages importants et emblématiques...

L'Histoire, la vraie, c'est celle que l'on fait grâce aux sources fines, qui s'interroge sur tout et tout le monde, comme le fait la microstoria, ce qui n'a alors plus rien à voir avec la grande Histoire.

Voilà ce que j'en pense.

Edited by Caramel
Link to comment
Déja j'suis pas fan du sous-titre de ce topic...

L'Histoire la grande n'est pas la vraie...

L'Histoire, communément appelée, la grande, c'est celle des grandes dates, des batailles célèbres, des personnages importants et emblématiques...

L'Histoire, la vraie, c'est celle que l'on fait grâce aux sources fines, qui s'interroge sur tout et tout le monde, comme le fait la microstoria, ce qui n'a alors plus rien à voir avec la grande Histoire.

Voilà ce que j'en pense.

<{POST_SNAPBACK}>

Je tiens à te remercier pour ce post éminemment sympathique.

Par principe, je supprime le sous-titre, qui il est vrai n'a rien de bien pertinent, mais qui a le mérite d'être présent et criticable.

Sache que je t'en tiendrais gré et qu'il est + facile de détruire et de critiquer que de construire et de créer.

Link to comment
Je tiens à te remercier pour ce post éminemment sympathique.

Sache que je t'en tiendrais gré et qu'il est + facile de détruire et de critiquer que de construire et de créer.

Il fallait que la nuance soit faite, mais je ne voulais en aucun cas critiquer ce topic...

Encore une bonne initiative la Raime :ninja:

Link to comment
Déja j'suis pas fan du sous-titre de ce topic...

L'Histoire la grande n'est pas la vraie...

L'Histoire, communément appelée, la grande, c'est celle des grandes dates, des batailles célèbres, des personnages importants et emblématiques...

L'Histoire, la vraie, c'est celle que l'on fait grâce aux sources fines, qui s'interroge sur tout et tout le monde, comme le fait la microstoria, ce qui n'a alors plus rien à voir avec la grande Histoire.

Voilà ce que j'en pense.

<{POST_SNAPBACK}>

Je tiens à te remercier pour ce post éminemment sympathique.

Par principe, je supprime le sous-titre, qui il est vrai n'a rien de bien pertinent, mais qui a le mérite d'être présent et criticable.

Sache que je t'en tiendrais gré et qu'il est + facile de détruire et de critiquer que de construire et de créer.

<{POST_SNAPBACK}>

Il fallait que la nuance soit faite, mais je ne voulais en aucun cas critiquer ce topic...

Encore une bonne initiative la Raime  :ninja:

<{POST_SNAPBACK}>

Je pense que vous devriez vous foutre sur la gueule pour entrer dans la vraie grande Histoire du bistrot. :ninja:

Link to comment
Il fallait que la nuance soit faite, mais je ne voulais en aucun cas critiquer ce topic...

Encore une bonne initiative la Raime  :ninja:

<{POST_SNAPBACK}>

Je ne t'en tiens plus gré Fernandao Superstar :ninja:

Il y a toujours des fouteurs de merde dans l'Histoire, des 13obscur ou autres gnafron, ils se prennent pour des Daudet ou autres Barras :ninja:

Edited by Mister Yellow
Link to comment
Je te pardonne tes insultes envers gnafron et moi même.  :ninja:

<{POST_SNAPBACK}>

C'est vrai qu'avoir osé accoler mon nom auprès de celui de 13obscur est une insulte de la pire espèce. Et concernant le pardon mon grand, je préfère le dispenser moi même sans passer par des intermédiaires plus que douteux. :ninja:

Et concernant la sentence du bon roy Henry, on voit où ça l'a mené de raconter ce type de conneries. Manque de pot pour le palois, il est tombé sans panache. :ninja:

Edited by gnafron
Link to comment
ce topic va nous ramener Hasdrubald  <_<

<{POST_SNAPBACK}>

t'avais qu'à me coller un ban de six mois, tu aurais eu la paix...

maintenant, comme je ne veux absolument pas t'embêter, j'éviterai de répondre à tes posts...et par là même de faire d'autres commentaires dans ce topic.

par ailleurs, si tu veux, tu peux m'adresser par Mp une liste des topics où tu ne souhaites pas que je poste, ce sera avec le plus grand plaisir que je m'abstiendrai de le faire :)

Link to comment
t'avais qu'à me coller un ban de six mois, tu aurais eu la paix...

maintenant, comme je ne veux absolument pas t'embêter, j'éviterai de répondre à tes posts...et par là même de faire d'autres commentaires dans ce topic.

par ailleurs, si tu veux, tu peux m'adresser par Mp une liste des topics où tu ne souhaites pas que je poste, ce sera avec le plus grand plaisir que je m'abstiendrai de le faire :doh:

<{POST_SNAPBACK}>

:) la comedia del'arte <_<

Link to comment
t'avais qu'à me coller un ban de six mois, tu aurais eu la paix...

maintenant, comme je ne veux absolument pas t'embêter, j'éviterai de répondre à tes posts...et par là même de faire d'autres commentaires dans ce topic.

par ailleurs, si tu veux, tu peux m'adresser par Mp une liste des topics où tu ne souhaites pas que je poste, ce sera avec le plus grand plaisir que je m'abstiendrai de le faire <_<

<{POST_SNAPBACK}>

bluejark.gif

bluejark.gifbluejark.gifbluejark.gif

Link to comment
non, un "espace"... je parlais de la chaîne de télé <_<

<{POST_SNAPBACK}>

Objection accordée Votre Honneur. :bluejark:

Sinon pour revenir au sujet de ce topic, je vous propose la réflexion suivante: L'Histoire n'est-elle qu'un perpétuel recommencement? :)

Edited by gnafron
Link to comment

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...