Jump to content

L'économie


Recommended Posts

Certains d'entre vous sont plutôt calés en économie, profitons de leurs lumières pour comprendre des enjeux qui nous dépassent...Simplifier sans vulgariser sera le leitmotiv d'un topic qui se veut aussi ludique que didactique ( :lol2: )...

Commençons par la crise grecque. Comment en est-on arrivé là? Quelles sont les issues possibles? Y-a-t il risque de contagion? Est-ce la fin d'un système?

Mesdemoiselles, messieurs, c'est à vous :birthday:

Edited by Casimir
Link to comment
Certains d'entre vous sont plutôt calés en économie, profitons de leurs lumières pour comprendre des enjeux qui nous dépassent...Simplifier sans vulgariser sera le leitmotiv d'un topic qui se veut aussi ludique que didactique ( :lol2: )...

Commençons par la crise grecque. Comment en est-on arrivé là? Quelles sont les issues possibles? Y-a-t il risque de contagion? Est-ce la fin d'un système?

Mesdemoiselles, messieurs, c'est à vous :ninja:

Les grecs sont des Je t'aimes qui foutent la merde dans mon portefeuille d'action :birthday:

Ce matin c'est encore en baisse, je crois que je vais tout vendre, j'ai que très peu de perte finalement pour le moment.

Je rachèterais dans quelques mois quand le CAC sera à 1200 pts :ninja:

EDIT :

Plus sérieusement, la Grèce a un système assez particulier et les dépenses de l'Etat sont colossales. La classe des fonctionnaires est certainement trop lourde à assumer financièrement. De plus, il y a eu des falsifications sur les chiffres de l'économie du pays, que ce soit volontaire ou pas d'ailleurs. Exemple, en entrant dans la zone Euro, le gouvernement grec annonçait 6 % de déficit public (Bruxelles tolère 3 % mais a consenti un effort). Or en fait ce chiffre se portait réellement à 13 %...!

L'exigence de la zone Euro a obligé la Grèce a très (trop ?) fortement emprunter, et se retrouve aujourd'hui en quasi situation de faillite, comme le serait une entreprise criblée de dettes...

Et cette situation est possible également en Espagne ou au Portugal dont l'économie s'est très fortement fragilisée, et dans une moindre mesure l'Italie...

Edited by Pioupiou
Link to comment
On parle d'attaques des spéculateurs, je pige pas vraiment de quoi il s'agit. On évoque aussi les CDS, qu'est-ce que ça vient faire la dedans?

Va pas de compliquer le truc Casimir, pioupiou a dit que c'était la faute des fonctionnaires grecs et puis voilà. :sarkozy:

Link to comment
on dit aussi qu'en Grèce il y a beaucoup de travail au black et un budget militaire assez impressionnant .

D'ailleurs le plan du FMI ne touche pas à ce budget militaire pour que Allemand et Français puissent vendre des armes ...

je rajouterais que c'était l'un des état européen les plus corompue

Link to comment
On parle d'attaques des spéculateurs, je pige pas vraiment de quoi il s'agit. On évoque aussi les CDS, qu'est-ce que ça vient faire la dedans?

ben c'est simplement que les pays membres de lUnion européenne les plus fragilisés par la crise mondiale payent un tribut exorbitant aux spéculateurs. Ainsi, la Grèce, lEspagne, le Portugal, notamment, désignés par les marchés financiers comme les maillons faibles de la zone euro, sont attaqués de toutes parts. Les fonds dinvestissement imposent à ces pays des taux dintérêt deux fois plus élevés quà lAllemagne ou la France pour financer leurs déficits. Déficits eux-mêmes largement provoqués par la récession due à la crise financière. La boucle est bouclée : les spéculateurs font leurs profits avec les conséquences de la crise quils ont provoquée.

Link to comment

Quand on lit la presse, faut être quasi spécialiste pour comprendre l'origine du problème. Ok, la Grèce est au bord de la faillite, la dette est colossale (comme partout cela dit), c'est la faute au marché financier (attaques), trop de CDS dans l'économie, tout part en couille, etc...Mais finalement, personne ou presque n'y comprends rien. :birthday:

D'où l'utilité de ce topic. :ninja: Si tant est que quelqu'un puisse expliquer le pourquoi du comment... :lol2:

ben c'est simplement que les pays membres de lUnion européenne les plus fragilisés par la crise mondiale payent un tribut exorbitant aux spéculateurs. Ainsi, la Grèce, lEspagne, le Portugal, notamment, désignés par les marchés financiers comme les maillons faibles de la zone euro, sont attaqués de toutes parts. Les fonds dinvestissement imposent à ces pays des taux dintérêt deux fois plus élevés quà lAllemagne ou la France pour financer leurs déficits. Déficits eux-mêmes largement provoqués par la récession due à la crise financière. La boucle est bouclée : les spéculateurs font leurs profits avec les conséquences de la crise quils ont provoquée.

Comment?

Link to comment
Va pas de compliquer le truc Casimir, pioupiou a dit que c'était la faute des fonctionnaires grecs et puis voilà. :sarkozy:

J'ai pas dit ça non plus :lol2: Mais bon 1 personne sur 4 est fonctionnaire en Grèce quoi (soit environ 1 million de personne) et de ce qu'on m'a dit c'est pas forcément le plus efficace au monde.... Ca fait quand même une sacrée somme à financer ! Mais tu as raison c'est pas la seule cause.

on dit aussi qu'en Grèce il y a beaucoup de travail au black et un budget militaire assez impressionnant .

D'ailleurs le plan du FMI ne touche pas à ce budget militaire pour que Allemand et Français puissent vendre des armes ...

Oui, budget militaire important, à cause de Chypre notamment....

je rajouterais que c'était l'un des état européen les plus corompue

Elkjaer va te tomber dessus :birthday:

Link to comment
J'attends autre chose de ta part que ces commentaires déplacés :lol2:

Et bien pour commencer et faire contre-poids à pioupiou, je dirais que le problème du budget grec n'est pas lié au poids des dépenses mais avant tout à une fiscalité boîteuse et mal appliquée.

Après la cupidité et l'incompétence d'u'ne classe dirigeante, de gauche comme de droite, qui a peut-être oublié que la Grèce est sensée être devenu un régime démocratique depuis plus de 30 ans.

Link to comment
Et bien pour commencer et faire contre-poids à pioupiou, je dirais que le problème du budget grec n'est pas lié au poids des dépenses mais avant tout à une fiscalité boîteuse et mal appliquée.

Après la cupidité et l'incompétence d'u'ne classe dirigeante, de gauche comme de droite, qui a peut-être oublié que la Grèce est sensée être devenu un régime démocratique depuis plus de 30 ans.

J'attends autre chose de ta part que ces commentaires bourrés de fautes :lol2:

Link to comment
J'attends autre chose de ta part que ces commentaires bourrés de fautes :lol2:

J'attends aussi de sa part un minimum d'ouverture d'esprit et d'arrêter de me contredire systématiquement et quel que soit le sujet depuis 1 semaine :birthday:

Link to comment
J'attends aussi de sa part un minimum d'ouverture d'esprit et d'arrêter de me contredire systématiquement et quel que soit le sujet depuis 1 semaine :ninja:

Tu t'adresses bien à Elkjaer? :lol2:

:ninja:

ben c'est marqué juste après.. les fonds d'investissement qui prêtent de l'argent à l'état grec demandent le double des intérêts "normaux".

C'est ça qu'on appelle attaque?!

Et ces fameux CDS (garantie sur risques) kézako? :birthday:

Link to comment
C'est ça qu'on appelle attaque?!

Et ces fameux CDS (garantie sur risques) kézako? :lol2:

Pour se couvrir contre le risque de non remboursement, un créancier peut recourir à un mécanisme dassurance, le CDS (pour Credit Default Swap). Il souscrit donc à une « police dassurance », moyennant le versement dune prime à l « assureur » (une banque par exemple), qui peut revendre ce contrat (et donc ce risque) à tous ceux qui le souhaitent. Or les taux exigés pour la couverture des créances grecques ont considérablement augmenté : entre 2 et 4 fois les taux appliqués pour les autres pays. Face aux risques supposés qui pèsent sur les créanciers de lEtat grec, les « assureurs » attendent une rémunération plus élevée que celle réclamée à des pays autrement plus fragiles

Au fond, les spéculateurs essaient de gagner sur tous les tableaux :

1) en nacceptant de prêter à la Grèce quen échange de primes de risque

2) en acquérant à bas coût des contrats dassurance jugés risqués, mais très rémunérateurs et potentiellement revendus au prix fort. Pour que lépée de Damoclès suspendue au dessus de la Grèce et les sombres prédictions soient crédibles, les mêmes spéculateurs ont joué la baisse de leuro, et pour tout dire, mené un blitz qui a fait brutalement chuter la monnaie unique par rapport au dollar. La dépréciation de leuro, toute relative, ne serait pas un mal pour une économie européenne en mal de nouveaux marchés exports sil ny avait la brutalité du décrochage.

La prophétie des spéculateurs sur la faiblesse de la Grèce été auto réalisatrice : si leuro chute aussi rapidement, cest que les marchés craignent un éclatement de la zone, cest donc que la Grèce est bel et bien dans une situation catastrophique et quelle risque de devoir quitter leuro CQFD. Et ce faisant, un cercle vicieux est enclenché, plongeant des vies et des nations dans la peur pour la satisfaction de quelques spéculateurs manipulant les marchés à partir dun risque volontairement grossi.

Link to comment

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...